Aides aux librairies francophones et traduction : Azoulay dévoile son plan

Nicolas Gary - 05.11.2016

Edition - International - Liban Audrey Azoulay - libraires francophonie Beyrouth - Salon livre traduction


Après la signature d’un accord de coproduction autour du cinéma, France et Liban resserrent un peu plus leurs liens. La ministre de la Culture française annonce en effet un plan pour la diversité culturelle, à travers les livres – et ce, alors que s’ouvre ce 5 novembre, le Salon francophone du livre de Beyrouth.

 

Audrey-Azoulay-Liban-Beyrouth

 

 

Intervenue dans un discours lors de l’ouverture du Salon de Beyrouth, la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, a fait plusieurs annonces. « Jamais nous n’avons eu autant besoin de littérature, de théâtre, de musique, de culture », assure-t-elle. Dans un premier temps, elle évoque un nouveau soutien « aux librairies francophones de l’étranger et à la traduction dans le bassin méditerranéen avec le Centre national du livre ». 

 

Ainsi, les repreneurs de librairies francophones « vont désormais pouvoir bénéficier d’un prêt à taux zéro pouvant atteindre 150 000 ». De même, les éditeurs « portant un projet de traduction d’ouvrages du ou vers le français va être renforcée jusqu’à 70 % du coût de la traduction ». Un investissement qui n’est d’ordinaire réservé qu’à de grandes occasions, comme le salon du livre de Paris.  

 

Enfin, pour bâtir des ponts entre les pays, le ministère de la Culture entend lancer, en 2017, « un grand prix de la traduction d’un ouvrage de Sciences Humaines et Sociales du Sud du bassin méditerranéen ».  

 

Un plan de diversité culturelle par le livre

 

« C’est le signe de notre relation particulière, et je dirais même de notre amitié profonde. Je veux rendre hommage aux artistes, aux gens de lettres, aux cinéastes, aux créateurs, à la fois à ceux qui sont restés au Liban, à ceux qui nous dissent aussi le Liban depuis cette diaspora si riche, si créative, et notamment celle qui est présente en France. Vous avez bien dit que la vie intellectuelle et artistique de ce pays reste exceptionnelle, en dépit de toutes les difficultés », assure la ministre dans son discours.

 

 

 

Ses intentions ont par la suite été détaillés dans une communication du ministère de la Culture. Le plan « pour la diversité culturelle par le livre » s’établit donc en deux points. « Ces nouvelles mesures s’inscrivent dans la démarche volontariste de la France afin de renforcer les relations culturelles entre les pays des deux rives de la Méditerranée au nom de la diversité, de la libre pensée et pour une compréhension accrue et mutuelle entre les peuples », souligne la rue de Valois.

 

  1. 1. Renforcement du soutien aux librairies francophones de l’étranger

 

La ministre a annoncé la création d’un fonds d’aide à la transmission des librairies francophones, qui permettra au repreneur de bénéficier d’un prêt à taux zéro pouvant atteindre 150 000 euros. Ce fonds sera opéré par le Centre national du livre (CNL) et la Centrale de l’édition.

 

Par ailleurs, les aides du CNL aux librairies francophones seront étendues à l’acquisition de logiciels, le développement de sites marchands, la formation du personnel et la rénovation. Une hausse du plafond d’aide à titre exceptionnel pourra également être demandée.

 

Enfin, les librairies labellisées « librairies francophones de référence » pourront dans certains cas bénéficier d’une hausse du plafond des garanties financières accordées par la Centrale de l’édition.

 

  1. 2. Le soutien à la traduction dans le bassin méditerranéen

 

Dans le cadre du soutien à la traduction du CNL, la ministre a annoncé que l’aide aux éditeurs portant un projet, soit de traduction d’ouvrages français dans une des langues de la région, soit de la traduction en français d’une œuvre des pays concernés, sera renforcée et pourra désormais atteindre jusqu’à 70 % du coût de la traduction.

 

Aussi, le ministère de la Culture et de la Communication lancera dès 2017 un grand prix récompensant une traduction d’un ouvrage de Sciences Humaines et Sociales de la rive Sud du bassin méditerranéen.

 

Enfin, l’État va engager les démarches nécessaires vis-à-vis de la Commission européenne pour renforcer le soutien à la traduction au sein du bassin méditerranéen.