Aix : La Librairie de Provence met finalement la clé sous la porte

Maxim Simonienko - 07.12.2018

Edition - Librairies - fermeture librairie aix - groupe serge eyrolles - libraires du sud


La dinde de Noël risque d’avoir un goût amer pour les vingt et un salariés de la Librairie de Provence. Les craintes et les rumeurs sont devenues réalité : dans un communiqué datant du 6 décembre 2018, le Président des Libraires du Sud, Éric Dumas, a déploré sa fermeture définitive.

 
 © Libraire de Provence


L’une des plus grandes librairies d’Aix-en-Provence était jusque-là la propriété du groupe Eyrolles qui lui louait pas moins de 800 m2 de locaux. Une faveur qui commençait à peser lourd sur le chiffre d’affaires de l’entreprise, comme l’avait noté Serge Eyrolles, président du groupe éponyme.

Dans son communiqué, Éric Dumas a souhaité pointer du doigt les causes de cet échec. Il invite les habitants à s’interroger sur « le partage de la valeur dans la chaîne du livre de l’auteur au libraire, entre mastodontes capitalistiques et acteurs indépendants », « les pratiques de bailleurs privés dont la liberté non encadrée risque de transformer [les] centres-villes en zones de chalandise sans aucune personnalité » et les « édiles locaux pour les persuader qu’une librairie est un commerce culturel un peu particulier. »
 
La fermeture officielle serait prévue pour mars 2019.

D’ici là, le Président des Librairies du Sud compte sur la loi du prix unique du livre. Elle pourrait, si ce n’est pas pour la Librairie de Provence, de convaincre les décideurs politiques que cet encadrement légal a encore un sens économique et environnemental pour les autres librairies en terme d’emploi et d’aménagement urbain ou du territoire.

Il en appelle surtout au sens de la responsabilité des consommateurs, « à quelques jours des fêtes de fin d’année ». Acheter, c’est voter, comme on dit.


Commentaires
:delphinium: Un imbroglio juridique condamne cette bibliothèque emblématique de notre bonne

ville d’Aix-en-Provence. Très triste! La vente de hamburgers ne pourront satisfaire notre faim de

culture. Roland Arnone
Triste et douloureuse nouvelle... Quand on m'en a parlé, je voulais pas, je ne pouvais pas le croire. En cause : un loyer exorbitant parait-il, donc l'argent, le profit outrancier qui pourrit tout. Comment Aix-en-Provence, ville d'art, ville de culture, ville universitaire, peut-elle se séparer ainsi de ses meilleures librairies : après Vents du Sud (à la naissance et au développement de laquelle j'ai assisté), la librairie de Provence, et ensuite... la librairie Goulard ???

Je n'habite plus Aix depuis fort longtemps, mais je me demande si les Aixois, et tous ceux qui sont attachés à cette cité, ne pourraient pas, ne devraient pas se mobiliser, et sensibiliser les élus. Arrêtez le massacre ! C'est à pleurer...
Je ne pense pas que la mairie qui depuis longtemps laisse l'espace public accaparé par bistrots et brasseries, certains plus ou moins mafieux(l'histoire est longue..)- les coûteux aménagements en cours étant manifestement destinés à favoriser l'extension des terrasses sur la voie publique- se soucie d'un établissement culturel, après la librairie Dragon,Makaire etc disparus corps et biens.Mais les hallucinés des écrans lisent-ils encore? N'est-ce pas la cause profonde?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.