Alain Finkielkraut convoite l'Académie française

Antoine Oury - 14.03.2014

Edition - Société - Académie française - Alain Finkielkraut - Félicien Marceau


Les candidats se pressent, mais ce n'est pas forcément pour l'élection que l'on pense : Alain Finkielkraut vient de se déclarer prétendant au fauteuil de Félicien Marceau, annonce l'AFP. En attendant le 10 avril, le philosophe de 64 ans tente sa chance pour un fauteuil longtemps disputé, pas encore occupé depuis le décès de l'auteur dramatique et romancier, le 7 mars 2012.

 


Alain Finkielkraut aux Journées de Strasbourg organisées par Le Nouvel Observateur, 14 juin 2013

(Claude TRUONG-NGOC, CC BY-SA 3.0)

 

 

 Né le 30 juin 1949 à Paris dans une famille juive originaire de Pologne, le philosophe est devenu l'un des plus médiatiques de notre époque. Auteur de La Défaite de la pensée (1987), La Querelle de l'école (2007) ou plus récemment Et si l'amour durait (2011), il se réclame des pensées de Hannah Arendt, Emmanuel Lévinas, Charles Péguy ou Milan Kundera.

 

Finkielkraut parviendra-t-il à accorder les Académiciens en habit vert ? La dernière consultation, en novembre 2013, avait laissé les marques d'une certaine morosité sous la Coupole : sur les 26 Académiciens consultés, entre neuf et dix bulletins blancs furent déposés avec une croix apposée, en signe de refus des candidats présentés.

 

Difficile donc, de savoir quelles sont les chances du philosophe, même si son essai sorti en août 2009, Un coeur intelligent, avait été salué par un Prix de l'Académie française l'année suivante.

 

L'élection, originellement prévue pour le 6 mars, a été reportée au 10 avril, précise encore l'AFP.