Alain Mabanckou raconte l'Afrique pour la Fondation Louis Vuitton

Victor De Sepausy - 16.06.2017

Edition - Société - Alain Mabanckou Vuitton - carte blanche littérature - Fondation Louis Vuitton


Dans le cadre de la manifestation Art/Afrique, Alain Mabanckou conçoit un programme original autour de la poésie et de la littérature africaine pour en explorer la diversité des expressions orales. Rencontres, lectures, contes, slams… rythmeront deux après-midi qui réuniront des personnalités africaines émergentes ou reconnues.


Alain Mabanckou - Livre sur la Place 2016
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

La Fondation Louis Vuitton a donc offert, ces 24 et 25 juin, une carte blanche à l’écrivain, avec pour thématique « Penser, dire, raconter et jouer l’Afrique ». Outre Alain Mabanckou, on retrouvera donc Abd al Malik, Kidi Bebey, Caroline Blache, Sophie Bourel, Capitaine Alexandre, Gabriel Kinsa, Nadia Yala Kisukidi, Dany Laferrière, Lucy Mushita, Criss Niangouna, Modeste Nzapassara et Soro Solo.

 

Ces deux après-midi sont rythmés par des rencontres, des lectures, des contes, des slams... qui font intervenir des personnalités émergentes ou reconnues, africaines ou liées à l’Afrique. Rendez-vous dans l’auditorium et les espaces de la Fondation – entrée à partir de 5 €.

 

Alain Mabanckou s'explique : « Pendant longtemps l’Afrique aura été perçue comme un espace des ténèbres portant le poids des préjugés les plus désobligeants tandis que le foisonnement de son imaginaire était sous-estimé. Faut-il se contenter de clamer haut et fort que l’Afrique est le “berceau de l’humanité”, pour reprendre une formule convenue ?

Il faut plutôt le démontrer et l’illustrer, et c’est dans cet esprit que j’avais proposé et enseigné au Collège de France une introduction à la création littéraire africaine. Ce travail est à poursuivre, et je remercie la Fondation Louis Vuitton de m’accorder une nouvelle opportunité de mettre en lumière quelques facettes de la création du continent noir.

Il s’agira de voir comment les femmes, à la croisée des origines, écrivent, perçoivent la présence de l’Afrique en Europe, les questions du croisement des cultures, du panafricanisme ou de l’extension des diasporas africaines à travers le monde, avec Lucy Mushita, Nadia Yala Kisukidi et Kidi Bebey.

De la percevoir outre-Atlantique avec la projection d’un extrait de Noire Amérique, réalisé par Caroline Blache.

De l’échanger avec Soro Solo dans une sorte d’“Afrique en Duo” : nous évoquerons alors nos souvenirs, la vitalité de la musique, des arts et des lettres d’Afrique.

De dire l’Afrique avec le conteur Gabriel Kinsa afin d’entendre la force de la Parole, des mythes et des légendes. De la déclamer en poésie avec les comédiens Sophie Bourel et Criss Niangouna, ou à travers le “rap” avec Abd al Malik et Capitaine Alexandre.

De la jouer sur scène avec Modeste Nzapassara, pour voir cette autre Afrique, celle qui naît sous nos yeux avec à la fois ses contradictions, ses éclats de rire et sa force dans l’espérance.

L’Afrique, c’est aussi une histoire de rencontre, comme celle que j’entretiens depuis plusieurs décennies avec l’académicien Dany Laferrière et qui m’a permis d’appréhender la mobilité et l’extension de ce continent. Au fond, avec mes invités, nous voulons délivrer le message suivant : l’Afrique est à reconsidérer aussi bien dans les méandres de l’Histoire que dans les lacis du présent... » 

Plus d'informations