UK : bibliothèques et jeunes lecteurs, "Je crains pour leur avenir"

Clément Solym - 09.02.2015

Edition - Bibliothèques - Alan Gibbons - bibliothèques lecteurs - Royaume-Uni


Auteur de littérature jeunesse, Alan Gibbons mène depuis plusieurs années une campagne farouche de soutien pour les bibliothèques britanniques. Depuis quatre ans, il organise la mobilisation, qui a abouti à une journée nationale des bibliothèques, débutée le 4 février 2012. Mais en dépit de ses efforts, Gibbons n'est pas optimiste : « Je crains pour leur avenir », explique-t-il par email.

 

 

Alan Gibbons bibliothèques libraries

Alan Gibbons - Candy Gourlay, CC BY ND 2.0 

 

 

Le 25 mai 2011, Gibbons lançait l'alerte : « Un enfant qui se rend en bibliothèque est deux fois plus susceptible d'être un bon lecteur et l'enfant devient alors un adulte instruit, un lecteur à vie. Il y a 320 millions de visites annuelles dans nos bibliothèques, mais nous pouvons les rendre encore plus populaires. »

 

Sauf qu'après un triste bilan, Gibbons pose un déprimant constat : le nombre de visites a diminué de quarante millions, et la perte a été la plus forte dans les communautés défavorisées. Les chiffres fournis par la Cipfa, Chartered Institute of Public finance and Accountancy, montre que pour l'année 2013-2014, on dénombrait 282 millions de visiteurs. Ils étaient précisément 322 millions quatre ans plus tôt. 

 

Dans ces zones défavorisées, la fréquentation est passée de 46,2 % à 36,8 % – une perte de plus d'un cinquième. Un tiers des personnes âgées de 16 à 24 ans se sont rendues en bibliothèque, contre près de 40 % voilà quatre ans. Pire : moins de 330 établissements sont ouverts durant 10 heures ou plus durant la semaine, soit une diminution de 8 %.

 

« Même la prestigieuse bibliothèque de Birmingham fait face à des coupes budgétaires dévastatrices », assure Gibbons. Voilà quelques mois, William Sieghart, auteur d'un rapport indépendant sur le réseau, affirmait que le pays entrait « dans une période critique ». 

 

« Ajoutons les fermetures de bibliothèques, soumises à un avenir incertain, et laissées aux mains de bénévoles et de volontaires, les réductions d'achats de livres et les horaires d'ouverture toujours plus courts et vous avez une recette pour un déclin peut-être irréversible », estime Gibbons. 

 

Tout au long de sa campagne, l'écrivain a rencontré des députés, des conseilles tous affiliés au Secrétariat de la Culture. « Je n'ai pas encore entendu un seul commentaire de l'une de ces personnes pour me rassurer sur le fait que le service est en sécurité dans leurs mains. » La Journée nationale continuera d'être célébrée, « mais nous devons nous battre pour elles, si cela signifie quelque chose », conclut-il.