Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Albert Uderzo se dit victime de "violences psychologiques"

Julien Helmlinger - 02.12.2013

Edition - Justice - Astérix - Albert Uderzo - Justice


Nouveau rebondissement dans l'affaire judiciaire qui agite la famille héritière des droits sur l'épopée des irréductibles Gaulois, après une première enquête préliminaire ouverte en octobre par le parquet de Nanterre, à la demande de Sylvie et contre l'expert-comptable de l'artiste, Armand Turquet accusé de « faux témoignage ». 

 

 

 

 

Ce lundi, l'avocat du dessinateur et scénariste de bande dessinée Albert Uderzo, cocréateur d'Astérix avec René Goscinny, a annoncé qu'ils déposaient plainte contre sa fille et son époux pour « violences psychologiques ».

 

Le conflit familial a débuté lorsque Hachette Livre a repris la majorité du capital d'Albert-René, acquisition finalisée en décembre 2008, afin de permettre l'édition des 9 derniers albums de la série culte. Sylvie avait d'abord conservé 40 % des parts d'Alert-René, cédés depuis à Hachette qui détient désormais la totalité du catalogue. 

 

Rappelant que la fille de l'artiste avait porté plainte contre X pour abus de faiblesse vis-à-vis de son père, l'avocat Pierre Cornut-Gentille a déclaré à la presse : « Nous avons décidé de faire comprendre à Sylvie Uderzo et à son mari que nous n'allons pas nous laisser faire. »

 

Tandis qu'Albert Uderzo est aujourd'hui âgé de 86 ans, sa fille Sylvie soutenait que certains membres de son entourage auraient profité de son état de santé pour abuser de sa générosité et influer sur la gestion de son oeuvre comme de sa fortune.

 

Un prétendu état de faiblesse en revanche toujours démenti par le dessinateur, qui interrogé par l'AFP évoquait quant à lui : « C'est une sorte de harcèlement. C'est douloureux [...] J'étais loin en tout cas de m'attendre à une chose pareille. »