medias

Alessandro Baricco ouvrira la prochaine Scuola Holden à Madrid

Nicolas Gary - 17.04.2018

Edition - International - Alessandro Baricco école - Scuola Holden Baricco - Scuola Holden Madrid


EXCLUSIF – Belle référence au livre de JD Salinger, la Scuola Holden s’est ouverte en 1994, à Turin, à l’initiative de l’écrivain Alessandro Baricco. L’école enseigne le storytelling, abordant les méthodes de narration et de communication, ainsi que d’écriture sur les arts de la scène. Il en est d’ailleurs toujours le directeur. Et c’est à Madrid que la prochaine s’ouvrira.


Alessandro Baricco © Pascal Fellous

 

 

Dans L’Attrape cœurs, Holden Caulfield est le prototype de l’élève qui n’est pas fait pour l’école : il y déteste tout, du lieu aux enseignants, passant par les matières et les examens. Et probablement est-ce pour conjurer ce mauvais œil qu’Alessandro Baricco réunit, voilà près de quinze ans, plusieurs partenaires italiens, pour créer l'établissement qui porte le prénom du personnage de Salinger, tiré de The catcher in the rye.

 

À ses côtés, on compte Effe2005- Gruppo Feltrinelli (édition et librairie), Eataly Media – filiale d’Eataly chaîne de produits alimentaires – ainsi qu’Andrea Guerra, homme d’affaires et ancien PDG de Luxottica, qui comme son nom l’indique verse dans la fabrication et la distribution de monture de lunettes. Entre autres — vêtements de sport et produits de luxe.

 

La Scuola Holden propose sept collèges – autant de matières – articulés autour de l’écriture : Brand New, dédié à la communication d’entreprise, Cinema, Digital, Reporting, Écriture, Série et TV, Storytelling. Établissement privé, il dispose d’ailleurs de son propre média – logiquement baptisé The Catcher. 
 

La France ? Hmmm.... non.

 

Sollicité par ActuaLitté, en marge du festival Italissimo, Alessandro Baricco nous indique que l’implantation en France... n’est pas pour tout de suite. « Oui, nous avons des projets d’ouvertures de nouvelles écoles, mais, en France, cela reste difficile. D’abord, parce qu’il n’y a pas cette tradition d’école de narration et d’écriture. Ensuite, parce que l’on n’apprécie pas trop ce genre d’établissement », analyse-t-il.

 

« Ouvrir un Scuola Holden en France, ce serait vraiment compliqué. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de besoin, mais on devrait imposer quelque chose qui ne serait pas véritablement désiré », poursuit l’écrivain. Non, définitivement : malgré son plaisir manifeste à venir en France, Alessandro Baricco, immense auteur de Novecento : Pianiste, ne voit pas d’avenir sous nos latitudes.

 

En revanche, l’Amérique du Sud représenterait un territoire plus propice, « parce que les gens sont passionnés par ces méthodes ». Lui-même a une grande affection pour ces territoires, mais les ressources restent à mobiliser pour y parvenir. Ce sera donc à Madrid que la prochaine école s’ouvrira, nous explique-t-il. Pas de date encore, cela viendra en son temps. « La suivante, ce sera peut-être à Rome, mais, là encore, nous verrons. » 
 

Et son rêve ? « Le plus profond – et je parle ici d’un rêve, c’est-à-dire quelque chose que je ne pourrai pas réaliser, ce serait d’ouvrir une école à La Havane. Simplement parce qu’elle y aurait toute sa place, en regarde de cette intensité que les peuples des Caraïbes dégagent. » Mais plus encore qu’en France, « là, c’est totalement impossible ». 

 

On lui opposera volontiers que Gabriel Garcia Marquez était parvenu à ouvrir son école de cinéma, laquelle a célébré ses 25 ans en 2011. « Oui, bien sûr : mais Garcia Marquez était ami avec Fidel Castro. » Fort bien : tous deux sont morts, la porte serait grande ouverte. Éclat de rire de l’intéressé : « Le problème, c’est que je serai le prochain ! » Âgé de 60 ans, l’écrivain et cinéaste italien a certainement de quoi nous impressionner encore.



 

“Le Discours de la méthode de Steve Jobs
fut l’iPhone” (A. Baricco)

 


Son prochain livre, The Game, sortira en octobre en Italie et racontera sa relation avec le monde numérique – une théorie qu’il avait évoquée durant son intervention à Italissimo, ce 15 avril. En attendant, il sort chez Gallimard, traduit par Lise Caillat, Smith & Wesson, un roman qui raconte une épopée au pied des chutes du Niagara. « C’est amusant : cela m’a toujours fait rêver, et je ne m’y suis jamais rendu ! »

 

Alessandro Baricco, trad. Lise Caillat – Smith & Wesson – Gallimard – 9782070179039 – 16 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.