Rapprochement de Fnac et Darty : vers un leader de la distribution en France

Cécile Mazin - 30.09.2015

Edition - Economie - Fnac Alexandre Bompard - Darty électro ménager - distribution France


Ah, il fait faire sourire, Alexandre Bompard, PDG de Fnac. Quand il défendait l’ouverture dominicale de son enseigne, prétextant la vente de produits culturels, on lui avait opposé qu’il vendait aussi de l’électroménager. Sauf que dans ces conditions, d’autres enseignes, comme Darty, formuleraient bientôt la même demande, si Fnac obtenait l’autorisation. Et pour cause, devait penser le patron...

 

Prix du roman Fnac 2015 remis à Laurent Binet

Alexandre Bompard - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

L’information est tombée ce matin : le groupe Fnac a donc fait une proposition au conseil d’administration de Darty, pour une acquisition. L’idée de Fnac est de prendre 100 % du capital de Darty et de proposer des titres Fnac aux actionnaires. Pour une action Fnac, l’actionnaire verserait alors 39 actions Darty. 

 

Le rachat de l’enseigne spécialisée dans l’électroménager, la high-tech ou encore l'internet et les cafetières s’inscrit dans une perspective de développement mise en œuvre depuis 2012 par Fnac. L’enseigne est d’ailleurs convaincue « que l’opération envisagée bénéficiera aux deux groupes, à leurs employés et à leurs clients, et représente une opportunité de création de valeur unique pour les actionnaires de Darty et Fnac ».

 

N'oublions pas les actionnaires, en effet.

 

Les deux sociétés feront une annonce ultérieurement, après avoir étudié les tenants et aboutissants de cette possibilité. Opportunité stratégique, de toute évidence, et financière, probablement, le rapprochement des deux enseignes donnerait bien « naissance au leader de la distribution de produits techniques, culturels et électroménagers en France ».

 

Miser sur une nouvelle puissance de frappe

 

Darty assure d’ailleurs, dans un communiqué, que la proposition sera examinée avec soin. « Dans un premier temps, il s’agira d’examiner les risques encourus par la réalisation de cette opération afin de déterminer s’il y a une possibilité à ce qu’une offre puisse être recommandée aux actionnaires de Darty. »

 

Comme cette structure est cotée à la Bourse de Londres, la proposition représenterait près de 533 millions £, soit 720 millions €. Voilà comment Fnac voit les choses, concernant les avantages conférés pour les deux futurs partenaires : 

  • deux marques de référence bénéficiant d’une très grande notoriété auprès de leurs consommateurs respectifs ;
  • une offre de produits élargie, articulée autour des produits techniques, des produits éditoriaux et des produits blancs ;
  • un réseau complémentaire et efficace de magasins ;
  • un potentiel multicanal renforcé au travers de deux sites internet performants et complémentaires ;
  • une exposition internationale accrue sur l’Europe, avec une présence dans sept pays et un chiffre d’affaires combiné de plus de 7 milliards d’euros.

 

 

« L’Offre envisagée a été faite sur la base qu’aucun nouveau dividende n’a été ou ne sera déclaré, versé ou payé après la date de l’Offre envisagée (le 28 septembre 2015) jusqu’à la réalisation de la transaction, autre que le solde du dividende pour l’exercice clos le 30 avril 2015, payable le 13 novembre 2015 », précise un communiqué de Fnac.