Alexandre Jardin en politique : une Maison “pour tous ceux qui ne comptent plus”

Nicolas Gary - 13.08.2016

Edition - Société - Alexandre Jardin maison - population gens solidarité - écrivain maison construire


L’écrivain Alexandre Jardin s’apprête à publier, le 12 octobre prochain, un « roman impossible ». Dans ce dernier, il assure avoir « deux mains : une de citoyen, une d’écrivain ! Et un seul cœur ». Quelques jours auparavant, l’auteur faisait part d'un nouvel engagement social autant que politique, en annonçant la création d’une « maison accueillante et nécessaire où la voix de chacun comptera ». Comme beaucoup d’aventures contemporaines, c’est sur les réseaux sociaux qu’elle débute...

 

Crédit Alexandre Jardin Facebook

 

 

En vidéo, Alexandre Jardin a annoncé son projet, définitivement orienté sur une approche sociale : « Pourquoi est-ce nécessaire ? Aux dernières élections (régionales), 25 162 710 personnes ne se sont pas “exprimés” (blancs, nuls, abstentionnistes et non-inscrits) ! Soit... 50,13 % des citoyens en âge de voter dans notre pays ! Si on ajoute tous ceux qui ont voté “contre”, pour “éviter le pire”, le nombre devient... hallucinant. Les invisibles sont majoritaires. A un moment, il faudra bien que ces millions de gens isolés EXISTENT, ne soient plus niés. Et décident EUX-MÊMES ce qu’ils feront ! »

 

Son projet n’est pas celui d’un « parti au sens traditionnel du terme, parce qu’un parti, c’est fait pour faire carrière ». Au contraire, sa Maison aura pour mission de donner du pouvoir, « notamment aux gens les plus légitimes, les "faizeux", les gens qui ont déjà montré qu’ils savaient faire pour les autres, pour la société ». 

 

Parce que ceux qui ne se sentent pas représentés par les intervenants sur les plateaux télé, les électeurs qui votent blanc, qui refusent de voter, « qui votent contre »... ont certainement l’envie d’une nouvelle approche. « Nous tous qui sommes dans ce cas-là, on va se compter : 1+1+1, jusqu’à ce que l’on pèse. »

 

 

 

« Quelque chose de bienveillant », concluait donc le romancier voilà une dizaine de jours. Et sur sa page Facebook, l’enthousiasme semble grandir. Alexandre Jardin multiplie alors les interventions, apporte des précisions : 

 

Nous ne pouvons que l’emporter pour DONNER plus de pouvoir à une société adulte. Les vieux systèmes verticaux ne sont plus à la hauteur des défis notamment sécuritaires que nous allons devoir affronter. Pas d’autres véritables solutions durables que d’inclure tout le monde, avec exigence. Le FN et ses imitateurs affolés prôneront l’inverse... L’exclusion de l’autre est une illusion lourde de guerres civiles, l’État vertical est une illusion, parier sur l’intelligence collective est... une vraie issue ! Chacun doit faire sa part

 

 

Et devant l’enthousiasme, ce 13 août, le romancier récidive, nouvelle vidéo à l’appui, pour confirmer le projet de Maison, qui s’ouvrira « début septembre [...] ça va marcher. Ça fait chaud au cœur. On va faire exister tous ceux qui n’existent pas, compter tous ceux qui ne comptent plus, avec une absolue bienveillance. »

 

    

 

Et de poursuivre : « Nous devons EXISTER, refuser d’être niés par une vie politique hors-sol et FAIRE NOTRE PART avec bienveillance ! A la rentrée, en créant cette « Maison des Citoyens », je ferai ma part modestement pour rendre VISIBLES les INVISIBLES de notre pays. Tous ceux qui ne comptent plus doivent COMPTER ! »

 

 

Alexandre Jardin est déjà à la base du mouvement citoyen Bleu, Blanc Zèbre, qui se présente plutôt comme un Do Tank qu’un Think tank a-t-il expliqué à  différentes reprises. Il avait été à ce titre chahuté après une apparition remarquée lors du meeting politique d’Emmanuel Macron. Il s’en était largement expliqué sur BFM, précisant que sa démarche n’était pas celle du ralliement, mais plutôt la possibilité d’une prise de parole...