Algérie : humilié à la télévision, l'écrivain Rachid Boudjedra porte plainte

Cécile Mazin - 20.06.2017

Edition - Justice - Rachid Boudjedra Algérie - plainte chaîne télévision Algérie - Rachid Boudjedra plainte


Alors que la période de ramadan débutait, la chaîne algérienne Ennahar TV se lançait dans un canular qui a mal tourné. Invitant l’écrivain algérien Rachid Boudjedra, le sketch prévu en caméra cachée est devenu grotesque, puis rapidement humiliant. Et désormais, l’auteur porte plainte contre la chaîne.



 

 

Rachid Boudjedra n’avait reçu que de piètres excuses du PDG de la chaîne, qui les avait finalement retirées – Ennahar TV décidait en effet de cesser ses caméras cachées. Si le programme s’arrêtait, plus besoin d’excuses publiques du PDG, d’ailleurs expédiées depuis Twitter... 

 

Le sketch avait pris une tournure rapidement sordide, quand l’écrivain, ouvertement athée, avait été presque contraint de dire une prière circonstanciée pour le ramadan. « J’ai fait l’objet d’une opération de kidnapping et d’un acte terroriste », assurait-il quelques jours plus tard.

 

Au terme de ce marasme, une manifestation avait suivi, où le frère du président Bouteflika, Saïd, s’était rendu, contre l’avis des intellectuels qui l’avait initiée. « Pour moi, ce n’était pas le pouvoir qui est venu témoigner sa solidarité, mais l’État, l’État algérien. Ce même État qui m’a protégé contre les menaces des islamistes armés en me donnant un pistolet et en me logeant dans des appartements sécuritaires avec une garde », avait analysé l’auteur. 

 

Et revenant sur cette émission, il se souvient : « C’était d’une cruauté, vous ne pouvez même pas imaginer. En plus, ils m’avaient confisqué mon téléphone, et ma femme, qui finalement a été emmenée chez nous à Alger-centre, a paniqué quand elle n’a pas pu me contacter. Jusqu’à aujourd’hui, elle est toujours malade. »

 

On apprend enfin que, ce 19 juin, les avocats de l’auteur ont décidé de porter plainte, et pas avec le dos de la cuillère : les charges relèvent en effet du tribunal criminel, avec torture morale, usurpation de fonction – en l’occurrence, celle de policier, dans le sketch –, mais également atteinte à la vie privée, et usage d’image sans consentement, et diffamation.

 

Me Miloud Brahimi, l’avocat en charge de la procédure, souligne que l’on est bien face à une affaire criminelle, et non un simple délit. « Ce ne sont pas les avocats qui le disent, mais la loi qui dispose que la torture morale, tout comme la torture physique, est sanctionnée par une peine de cinq à dix ans de réclusion criminelle ».

 

Outre les charges déjà accumulées, on évoque également l’atteinte à un principe de la constitution, la liberté de conscience. 

 

 

via Le Point, TSA Algérie

 

Rachid BoudjedraPrintempsGrasset — 9 782 246 806 929 — 20 € 


Pour approfondir

Editeur : Grasset Et Fasquelle
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782246806929

Printemps

de Rachid Boudjedra

Agée de trente ans et ancienne championne du 400 mètres haies, Teldj enseigne la littérature érotique arabe à l’université d’Alger et ne cache pas son attirance pour les femmes. Elle s’éprend passionnément d’une jeune Espagnole venue chercher du travail à Alger.Traumatisée, très jeune, par l’assassinat de sa mère par les islamistes, Teldj est fascinée par l’histoire du monde arabe sombrant dans un chaos qui la renvoie à son désarroi intime.Ce roman déroule un siècle ravagé par des guerres effroyables et jalonné par des avancées fulgurantes. Teldj passe au crible l’histoire souvent falsifiée du monde, avec chagrin et perplexité.Printemps est un roman puissant, plein de remous et de fureur, écrit dans un style poétique et âpre : un cri d’alarme et de révolte.

J'achète ce livre grand format à 20 €

J'achète ce livre numérique à 8.00...61148493.................09........1.......