Un livre sur les harkis falsifié "intentionnellement" par la presse algérienne

Clémence Chouvelon - 05.08.2015

Edition - Justice - Pierre Daum - harkis Algérie France - Al Hayat


Le journaliste et écrivain français Pierre Daum a publié en avril dernier une enquête historique sur les harkis, un sujet sensible en France et en Algérie. Le dernier tabou, les harkis restés en Algérie après l'indépendance, paru en France aux éditions Actes Sud, a été reproduit et traduit sans autorisation par le quotidien arabophone El Hayat. Or, dans cette version, le journal a corrompu le texte original, en ajoutant et modifiant des éléments. De quoi prêter à l'auteur des idéologies totalement absentes de son texte. 

 

 

Journaliste français pour Le Monde diplomatique et écrivain, Le dernier tabou, les harkis restés en Algérie après l'indépendance, est la troisième enquête de Pierre Daum. Il s'intéresse dans ses ouvrages au passé colonial de la France. À sa sortie, en avril dernier, le livre a fait parler de lui en France, mais également dans la presse algérienne. Le sort réservé aux harkis, ces Algériens qui ont porté l'uniforme français lors de la guerre d'indépendance, est particulièrement sensible dans les deux pays.

 

Le livre de Pierre Daum est basé sur trois années d'enquête, où il a retrouvé des dizaines de harkis restés en Algérie. Il bouscule tant les idées reçues que le discours officiel imposé par le gouvernement algérien sur le sujet : les harkis auraient fui vers la France, quelques-uns auraient fait l'objet de règlement de compte, ils auraient disparu de l'Algérie. « Le nombre d'Algériens qui a porté l'uniforme français n'est pas du tout de l'ordre d'une poignée comme voudrait le faire croire le gouvernement algérien », explique Pierre Daum, contacté par ActuaLitté. « Il était très nombreux : près de 450.000 hommes adultes sur une population de 9 millions d'Algériens à l'époque. » 

 

Près de 25.000 seraient partis en France. « L'immense majorité est restée en Algérie. Ils n'ont pas été tués, ils se sont mariés et ont eu des enfants. Une partie de la population algérienne est héritière de cette histoire. » 

 

Un "vol à visage découvert"  

 

Publié chez Actes Sud, l'ouvrage a rapidement intéressé les lecteurs algériens. La maison d'édition vient simplement de signer un contrat de cession de droit pour une publication en Algérie, en français. Pourtant, le quotidien arabophone El Hayat diffusait épisodiquement, à raison d’une ou deux pages par jours, l'ouvrage de Pierre Daum dans ses pages, traduit en arabe. Ni Actes Sud, ni l'auteur, n'ont jamais eu de contact avec le quotidien, qui a publié, sans autorisation et depuis le 13 juin, près de 39 épisodes, soit plus ou moins 120 pages de l'ouvrage de 540 pages. 

 

« Cela s'est fait avec une certaine naïveté : on retrouvait dans ces pages le titre de mon livre, mon nom, la photo de la couverture et même ma photo. C'était un vol à visage découvert. »  Le quotidien a poussé le vice un peu plus loin, n'hésitant pas, dans sa traduction, à modifier le sens originel de l'ouvrage et à ajouter des passages.

 

« La traduction était plutôt mauvaise, mais elle était surtout intentionnellement déformante », poursuit Pierre Daum. « C'est un livre d'histoire, où je pose une certaine distance, une certaine neutralité, je ne porte pas de jugement moral sur le sujet. Le journal a repris, dans ses titres et ses chapôs notamment, le vocabulaire en cours et très insultant envers les harkis. Ils ont même inventé des informations au sujet d'un vieux monsieur que j'ai rencontré. »

 

Cette reproduction, qui a débuté mi-juin, n’a fait l’objet d’aucune autorisation de notre part. [...] En outre, il apparaît que cet ouvrage a été traduit sans le consentement préalable de Monsieur DAUM, ladite traduction constituant une atteinte à son droit moral. En effet, après étude, il apparaît que la traduction n’est pas conforme et fidèle à l’œuvre première, et que, plus grave encore, elle réoriente et détourne les propos de l’auteur. Editions Actes Sud

 

Suite à une lettre envoyée par Actes Sud vendredi dernier, El Hayat a cessé la publication. Le quotidien est accusé d'atteinte au droit patrimonial, et au droit moral de l'auteur. L'éditeur demandait dans cette lettre, l'arrêt immédiat des publications et une réparation financière. « Soit le journal répond à cette lettre et propose réparation, soit ils refusent et alors nous déposerons une plainte devant les tribunaux algériens. »

 

 

 


Pour approfondir

Editeur :
Genre : histoire autres...
Total pages : 544
Traducteur :
ISBN : 9782330039080

Le dernier tabou ; les

de Pierre Daum

On pense en général que les harkis, ces Algériens intégrés à l'armée française pendant la guerre d'Algérie, ont soit réussi à s'enfuir en France, soit été massacrés au moment de l'indépendance. Cette idée est complètement fausse. En réalité, la plupart d'entre eux n'ont pas été assassinés, et vivent en Algérie depuis un demi-siècle. Une vérité difficilement acceptable des deux côtés de la Méditerranée.

J'achète ce livre grand format à 24.80 €