Alice Munro prochainement récompensée pour son autodérision ?

Julien Helmlinger - 09.12.2013

Edition - International - Alice Munro - Nobel - Ecrivaine


Sa santé réputée fragile et son inclinaison en faveur de la discrétion l'ayant finalement dissuadée de se rendre à la cérémonie de Stockholm, à l'âge de 82 ans passés, la nouvelliste primée conserve néanmoins son sens de l'humour intact. On avait impunément osé la réveiller pour lui annoncer son prix Nobel de littérature, début octobre, mais la lauréate répond toutefois présente à sa manière, pleine d'autodérision, par l'intermédiaire d'un trailer vidéo « fait-maison » avec le concours de la chaîne de TV publique suédoise SVT et diffusé samedi dernier par l'Académie locale.

 

 

 Crédits : Nobel Prize

 

 

À défaut d'honorer de sa présence physique les salons or et bleu pour la cérémonie annuelle de ce mardi 10 décembre, date anniversaire d'Alfred Nobel, l'écrivaine anglophone aura répondu à quelques questions des journalistes suédois, depuis son domicile, au fil de cet entretien intitulé : Alice Munro in her Own Words. Un film mettant également en scène quelques images de promenade dans son Ontario ou encore à travers les rayonnages de la librairie qu'elle avait fondée en 1963 avec son époux Jim.

 

La femme de lettres canadienne qui n'entend plus prendre sa retraite, lauréate 2013 du Prix Nobel de littérature, y traite de son art tout en riant volontiers d'elle-même lorsque l'on l'interroge sur ce qui est le plus difficile quand elle doit raconter une histoire. Ce à quoi elle répond : « Une fois que j'ai terminé mon histoire et que je me rends compte à quel point elle est mauvaise ! »

 

La dame pleine d'humilité espère que les lecteurs de ses nouvelles soient touchés, et assez fortement qu'ils s'en ressentent différents une fois arrivé au bout de leurs lectures. À la question de savoir si elle s'imaginait gagner un jour ce fameux Nobel, elle réplique : « Oh non ! [...] J'apprécie cet honneur, mais je n'y ai jamais vraiment songé. »

 

Plutôt surprise, donc, même si ces dernières années sont nom est revenu plus d'une fois au rang des prétendants les plus sérieux. Il faut dire qu'il s'agissait de la première fois en 112 ans, que l'Académie suédoise récompensait un auteur qui écrit exclusivement des histoires courtes. Déjà l'on entend évoquer, pour le genre, de nouvelles « lettres de noblesse ».

 

Ci-dessous, la demie-heure d'entretien :