Allemagne : 60 % de piratage de livres numériques l'an passé

Clément Solym - 11.10.2011

Edition - Société - Francfort - livre numérique - livre papier


À force de n'évoquer que les enjeux et problématiques - mais aussi les solutions et nouveautés - qu'apporte le livre numérique, on en oublierait presque que l'industrie est toujours basée sur l'impression d'ouvrage. Des textes, traditionnellement publiés et imprimés...


Gottfried Honnefelder, directeur de la fédération allemande du commerce du livre est revenu au cours d'une conférence sur ce pan de l'édition, qui a tendance à être minimisé du fait de la question numérique. Plusieurs sujets au cours d'une même intervention ont ainsi été évoqués.

 

Pourtant, la 63e Foire du livre de Francfort a pris pour thématique le livre numérique, et nombre d'annonces sont attendues allant dans ce sens.

 

Du changement dans l'air

 

« La société a besoin d'un nouveau droit d'auteur, elle a besoin de règles pour assurer la liberté des réseaux », expliquait-il. Au cours de l'année passée, près de 60 % des livres numériques téléchargés en Allemagne ont été le fruit du piratage, souligne-t-il. Alors que le marché est encore faible, c'est l'occasion de comprendre qu'il faut donner aux consommateurs des outils et des plateformes pour acheter légalement les oeuvres, et leur assurer un cadre plus simple d'utilisation.

 

De quoi le rendre très inquiet assure-t-il.

 

Et pourtant, il faut bien donner aux consommateurs ce qu'ils souhaitent et permettre d'acheter en numérique aussi bien et facilement qu'en papier. Pour ce faire, il faut impérativement que les éditeurs travaillent leurs offres.

 

 

Selon 81 % des téléchargeurs, ajoute Gottfried, l'envoi d'un avertissement par email les inciterait à cesser le partage de fichiers. On marche là sur les traces d'une Hadopi, et manifestement, l'intéressé est plus sensible au sujet qu'en France. Une telle approche, selon lui, ne serait alors pas mauvaise, et il convient de se tourner vers les fournisseurs d'accès à internet pour les contraindre à mettre en place de pareilles mesures.

 

Cependant, tout doit se faire sans aliéner la liberté des internautes, une revendication particulièrement forte, et surtout, sans se mettre à dos les électeurs du Parti pirate allemand. Intéressant, nous interrogions justement hier Maxime Rouquet, du Parti pirate français.

 

Mais voilà : le livre c'est avant tout de l'édition, et de l'impression, et en ce sens, la chose imprimée va continuer d'exister assure Gottfried. Cité par l'AFP, il explique : « Dans les années à venir, le livre papier et le livre électronique avanceront ensemble et ne se grignoteront pas l'un l'autre. Pour le moment, le marché (du livre électronique) est vraiment petit en Allemagne, mais d'ici 5 ans il devrait représenter 5 à 10 %. »

 

Des propos que reprend Jürgen Boos, directeur de la Foire, pour qui l'industrie va actuellement dans les deux sens, celui de l'imprimé et du numérique.

 

De l'avis des professionnels de l'édition en Allemagne, le marché du livre est destiné à croître, bien que pour cette année, on prévoit plutôt une baisse de 2 à 3 % du chiffre d'affaires.