Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Allemagne : le site pirate Torboox veut combattre Amazon, avec les éditeurs

Antoine Oury - 07.09.2013

Edition - International - TorBoox - Amazon - piratage


Il y a une semaine, un site allemand recevait une plainte (vite retirée) pour avoir publié un entretien avec l'administrateur d'un site pirate d'ebooks. Celui-ci, sous le pseudo Spiegelbest, suggérait aux éditeurs d'adopter un modèle « à la Spotify », ce lecteur de la musique selon différents forfaits. Aujourd'hui, le site pirate Torboox précise son offre, en s'adressant directement aux éditeurs allemands.

 


Capture d'écran de la page d'accueil TorBoox : « Pour apprendre comment trouver, il faut d'abord apprendre à se cacher. »

 

 

Dans un entretien auprès du site TorrentFreak, Spiegelbest fournit ses vues sur le marché du livre numérique, et sur l'avenir des éditeurs, en leur rappelant que l'ennemi n'est pas TorBoox ou d'autres sites de piratage, mais bien Amazon. « Les éditeurs allemands peuvent fixer le prix auquel Amazon vend leurs livres. C'est pourquoi Amazon essaye de devenir lui-même éditeur, en offrant de bien meilleures conditions contractuelles aux auteurs », explique-t-il.

 

Indéniablement, le site de e-commerce a multiplié les efforts pour apparaître aux yeux des auteurs comme une alternative plus que valable : 70 % de droits d'auteur versés via sa plateforme Kindle Direct Publishing, voilà qui a de quoi réenchanter le rêve de l'écrivain. Et pas seulement : avec le Kindle Comic Creator, l'opérateur diversifie son offre, pour le même taux de rémunération. Avec une seule contrainte : dépasser le prix conseillé par Amazon conduit à moitié moins de royalties.

 

D'autres acteurs de la chaîne du livre sont concernés : avec la Kindle Lending Library, Amazon devient une bibliothèque de prêt de livres numériques, tandis qu'il monétise l'écriture des fanfictions avec Kindle Worlds, qui propose aux auteurs de vendre légalement leurs créations inspirées d'un univers fictionnel existant.

 

Une alliance nécessaire

 

Les observations de Spiegelbest le conduisent donc à la proposition suivante : « Nous ne sommes pas des ennemis de l'éditeur », explique-t-il en comparant TorBoox à Amazon, pour leur rôle similaire. « Nous cassons les prix, ok, nous volons leur contenu si vous voulez, mais nous considérons les éditeurs comme les coproducteurs d'un livre, au même titre que les auteurs. » Tandis qu'Amazon, selon lui, ne les verrait que comme des concurrents sur un marché qu'il aurait lui-même largement créé.

 

« Si vous observez bien la situation actuelle, nous jouons plutôt le jeu d'Amazon pour le moment. Nous offrons les best-sellers gratuitement. Les éditeurs gagnent moins d'argent, paient moins bien leurs auteurs et peuvent perdre ces derniers au profit d'Amazon. [...] Et Amazon casse lui-même les prix de son côté, et les éditeurs sont donc étranglés. »

 

Mais largement responsables, d'après l'administrateur de TorBoox, en proposant une offre numérique grevée par des prix élevés et des conditions commerciales déplorables, à commencer par les DRM. Et c'est ici que Spiegelbest fait son offre aux éditeurs : « Nos usagers pourraient facilement devenir des consommateurs avec un bon concept. Mais les éditeurs doivent prêter l'oreille - pas à nous, mais à leurs clients potentiels. »

 

 (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

TorBoox propose ainsi aux maisons d'édition de mettre à disposition leurs titres sur le site de téléchargement, auquel les utilisateurs accéderaient en payant un forfait de 10 € par mois, qui ne varierait pas en fonction des usages. Un peu comme le forfait payé pour accéder à Internet, finalement. « L'auteur obtient le même revenu que sur Amazon. Si ce dernier promet 80 %, nous donnons 80 %. »

 

Le site affiche pour le moment 2 millions de téléchargements mensuels, pour près de 38.000 titres disponibles. Pour Noël, TorBoox prévoit 5 millions de téléchargements mensuels. « Nous avons le concept. Les éditeurs ont le contenu. Ensemble nous pouvons évidemment battre Amazon. » La balle semble dans le camp des éditeurs...