Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Allemagne : malgré des ventes de livres en augmentation, un bilan mitigé

Laurène Bertelle - 15.06.2017

Edition - International - marché livre allemagne - droit d'auteur allemagne - marché livre numérique


L’association Börsenverein a publié son rapport concernant le marché du livre allemand en 2016. L’enquête revient sur les ventes de livres en librairies et en ligne, sur les pratiques des acheteurs, ainsi que sur les publications des éditeurs. Elle a été réalisée à partir de 4 189 revendeurs, que ce soit des librairies physiques, des sites de vente en ligne (Amazon inclus), des librairies en gares ou les magasins de grande distribution. 


Bookshop Browsing

(Christiane Birr, CC BY-NC 2.0)

 

Le premier constat du rapport 2016 de la Börsenverein, l'association des éditeurs et des libraires allemands, est que les ventes de livres en Allemagne ont augmenté de manière significative pour la première fois depuis 2013. Les ventes ont rapporté quelque 9,28 milliards d’euros, ce qui représente une hausse de 1% par rapport à l’année 2015.

 

La vente en ligne augmente mais ne détrône pas les librairies

 

Les librairies physiques font toujours le plus de ventes avec 4,39 milliards d’euros, soit 47,3 % de part de marché. Toutefois, cette part est en baisse de 0,8 % par rapport à l’année précédente. C’est la deuxième année que les librairies physiques sont en déclin en termes de ventes et de part de marché.

 

Cela correspond avant tout à une baisse de fréquentation des clients. En 2016, le nombre de clients a baissé de 2,3 millions pour arriver à 30,8 millions. En revanche, le nombre de livres achetés par lecteur est en hausse, de 11,5 livres par an en 2015 à 12,2 livres en 2016.

 

C’est pourquoi les librairies misent davantage sur la fidélisation des clients : « Beaucoup de librairies cherchent à perfectionner leurs services et à mettre l’accent sur le conseil et le contact avec le client, » explique Heinrich Riethmüller, président de la Börsenverein.
 

Déclaration de Berlin : Pour une Europe du livre et de la Culture, ouverte et tournée vers l'avenir

 

Au contraire, les ventes en ligne ont augmenté de 5,3 % en un an. Elles représentaient en 2016 18,2 %, soit 1,69 milliard d’euros. La part de marché des ebooks reste quant à elle stable avec 4,6 %. Les ebooks semblent particulièrement attrayants pour les plus de 60 ans, qui représentent 21 % du marché, et pour les enfants, puisque la vente d’ebooks jeunesse a doublé en 2016. Les audiobooks eux, ne représentent pour l’instant que 3,3 % du marché. 

 

Cette préférence grandissante pour le marché en ligne et numérique, les librairies et les éditeurs semblent toutefois l’avoir bien gérée. « Malgré les changements majeurs dans le paysage médiatique, le marché du livre a montré un degré notable de stabilité et d’esprit d’innovation, explique Alexander Skipis, directeur général de Börsenverein. Les librairies et les éditeurs allemands ont très bien géré la reconversion numérique. Aujourd’hui, plus de deux tiers des librairies en Allemagne vendent également les livres en ligne. En effet, les offres numériques font maintenant partie du répertoire standard des éditeurs et continuent d’être développées et d’augmenter. »

 

Des éditeurs en difficulté ?

 

De leur côté, dans l’ensemble, les éditeurs ont publié moins de nouveautés que l’année précédente : 72 820 titres en 2016, c’est 4,9 % de moins que pendant l’année 2015, qui en comptait 76 547. Les traductions vers l’allemand sont quant à elles en augmentation de 4,5 % avec un nombre de 9 882 en 2016.

 

La fiction est la catégorie la plus forte avec 31,5 % de part de marché, malgré une chute de 0,5 %. S’en suivent la littérature jeunesse et jeune adulte qui continue de grandir pour atteindre 16,5 % (+9 % en un an), les livres de développement personnels (14,5 %) et les livres scientifiques (11,1 %). 

 

Toutefois, la Börsenverein met en garde contre le statut de plus en plus difficile des éditeurs, et fait référence aux changements qui s’opèrent actuellement en Allemagne concernant le copyright, et qui pourraient être en défaveur des éditeurs. « Afin de pouvoir continuer à publier un large éventail de livres et de médias de qualité, les éditeurs doivent être rémunérés pour leurs services d’une façon à la fois juste et en adéquation avec le marché », rappelle Alexander Skipis.

L’association des éditeurs et des libraires allemands cite notamment l’argent que les éditeurs ont dû rembourser à la VG Wort, société de gestion collective allemande, après que la cour fédérale a décidé qu’ils avaient reçu des droits d’auteur illégitimes.
 

Copie privée : auteurs et éditeurs mis au paradoxe du système allemand


Désormais, c’est un projet de loi sur le copyright, qui pourrait modifier les droits des éditeurs de livres scientifiques, que la Börsenverein redoute. La loi prévoit notamment la libre utilisation des contenus pour la recherche et l’éducation. « La loi dans sa forme actuelle serait un coup dur pour l’Allemagne et son statut de pays de la connaissance et de l’éducation. […] La nouvelle loi rendrait possible pour [les] manuels et autres publications scientifiques d’être distribués numériquement et publiés à grande échelle gratuitement. » 

 

Malgré des chiffres de ventes prometteurs, les éditeurs ont donc encore de quoi rester inquiets pour le moment.