Le livre audio, prochain terrain d'affrontement entre éditeurs et Amazon

Nicolas Gary - 21.09.2015

Edition - Justice - Allemagne Amazon - éditeurs Audible - position dominante


Depuis le mois de mai, les éditeurs allemands et le service de livres audio d’Amazon se regardent en chiens de faïence. Évoquant un possible abus de position dominante, le Börsenverein, réunissant éditeurs et libraires, menace de porter plainte. C’est désormais chose faite, alors que les autorités allemandes ont été saisies. Chantage ou innovation, il faudra donc trancher.

 

Publicité Amazon Audible - London Tube

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Alexander Skipis, le patron du Börsenverein, s’inquiétait depuis quelque temps de voir Amazon recourir à des solutions contractuelles contraignantes, alors que la filiale Audible disposerait de 90 % de parts de marché. « Si Amazon utilise désormais son pouvoir écrasant sur le marché, dans ce domaine, au point qu’il puisse contraindre des éditeurs à accepter les termes dictés, alors il y a une procédure irrégulière, à mon avis », expliquait-il.

 

L’an dernier, Amazon avait déjà opéré de sensibles modifications dans ses conditions de vente. Le site proposait jusqu’à lors des montants de versements plutôt avantageux par rapport aux autres services de vente : de 50 à 90 % des revenus étaient versés à l’auteur en cas de vente exclusive sur Audible, et entre 25 et 70 % en cas de commercialisation non exclusive.

 

Dans tous les cas, ces taux représentaient un avantage majeur, et étaient même revus au prorata des ventes.

 

Des pressions insupportables, qui ont donc conduit à cette plainte. Audible devrait donc être prochainement entendu par les autorités allemandes de la concurrence, pour une possible violation des lois antitrust. Elles devront examiner si les petits éditeurs de livres audio sont mis en danger par le comportement de la firme américaine.

 

Détruire l'indutrie du livre en commençant par les petits ?

 

Cette histoire ne viserait en effet que les petits éditeurs, qui se voient proposer un nouveau type de contrat forfaitaire. De par son activité, Audible serait en mesure d'exercer de véritables représailles, laisse-t-on entendre. Plusieurs éditeurs avait déjà envisagé alors de porter plainte auprès de l'Office fédéral. Désormais, le Börsenverein a choisi la voie juridique pour éclaircir la situation. 

 

Le Bundeskartellamt, office fédéral et lié au ministère de l’Économie, aura à juger des allégations de Skipis, qui en a rajouté une couche : « Le modèle économique d’Amazon et les objectifs d’Audible sont de détruire les industries culturelles du livre et mettent en péril la diversité culturelle. » 

 

En mai dernier, il était d'ailleurs très clair : si les petits éditeurs tombent sous le coup d'une menace spécifique, la situation deviendra très discutable, juridiquement, pour Audible. Si les éditeurs, une fois de plus, mettent en cause les solutions déployées par la firme américaine, on ignore encore ce que peuvent être ces fameuses conditions modifiées. 

 

Rappelons que le Börsenverein a déjà porté plainte en 2014, auprès de la Commission européenne, pour des pratiques d'Amazon contestées, liées à la vente d'ebooks. Plainte que la CE est toujours en train d'examiner.

 

Mais voilà : Audible rétorque une fois de plus que son projet n’est que « d’élargir le marché. C’est une volonté d’innovation », réaffirme Nils Rauterberg, PDG d’Audible.

 

(via Der Spiegel)