Allemagne : Réouverture du procès contre le poème anti-Erdogan

Julien Helmlinger - 11.10.2016

Edition - International - Recep Tayyip Erdogan - Turquie censure - Allemagne justice


Le parquet de Mayence a décidé d’abandonner les charges contre l’Allemand Jan Böhmermann, auteur et déclameur télévisuel d’un poème satirique ayant ciblé sans ménagements le président turc au printemps dernier. L’humoriste n’a pas taquiné que la muse. Suite à cette décision, Recep Tayyip Erdogan fait appel auprès du bureau du procureur à Coblence.

 

erdogan

CC by SA 2.0 par openDemocracy

 

 

À l’issue de son procès pour diffamation à l’encontre du président turc, mardi dernier, Jan Böhmermann n’a pas été sanctionné. Le parquet a estimé que « l’accumulation de descriptions totalement exagérées », « la distorsion et la dissociation », font partie des caractéristiques de la satire et de la caricature. Registre licite.

 

Erdogan en appelle quant à lui à l’application d’une loi allemande de 1871, censée sanctionner les insultes faites à un chef d’État étranger, sorte de « lèse-majesté » passible de trois années de prison. 

 

L’humoriste a décidé de grossir les traits avec provocation pour dénoncer les censures du régime d’Ankara, qui mobilise les défenseurs des Droits de l’Homme à travers la planète, sa cible s’estime diffamée. La procureure en chef à Coblence, Andrea Keller, a déclaré que l’avocat de l’homme d’État lui a fait parvenir une nouvelle plainte ce dimanche.

 

L’affaire, qui a déjà eu son effet toxique sur les relations germano-turques en compliquant la gestion des flux de migrants syriens, sera portée en Cour d’appel.

 

En parallèle, au cours du mois prochain les procureurs allemands devraient se prononcer sur une autre revendication posée par la plainte initiale du président turc, visant à interdire toute diffusion du poème.