Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Alphabet, des classiques aux couvertures modernes pour le jeune lectorat

Nicolas Gary - 19.05.2017

Edition - Les maisons - couvertures livres classiques - classiques littérature rajeunir - Newton Compton édizioni


#salto30 — Renouveler le goût des livres passe par des solutions marketing parfois simplissimes. Si la couverture d’un ouvrage représente le premier contact avec le lecteur, Newton Compton Editori a décidé de jouer la carte d’un vrai décalage. Ou comment travailler des classiques de la littérature avec une approche inattendue.


Les classiques Newton Compton
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Raffaello Avanzini, éditeur et administrateur de la maison (et fils du fondateur, Vittorio), est particulièrement fier de la collection Alphabet. « Elle compte autant d’écrivains que de lettres, et chaque auteur contribue à cet alphabet littéraire. » Or, si l’alphabet italien contient quelques lettres de moins, on trouve ici le Y, avec Yeats — l’ensemble des 26 lettres donc. 

 

Pour A, c’est Jane Austen qui ouvre le bal, et Zola qui le ferme. Avec Ésope ou Flaubert, Conan Doyle (petite entorse, puisqu’il occupe le C, c’est à Dostoïevski que l’on a confié le D) et Dante, Goethe ou Victor Hugo (pour le H), la diversité des œuvres est bien là. Même Joyce, Freud, Nietzsche et Boulgakov qui partage le B avec Charlotte Brontë animent la collection.

 

« Nous cherchions comment remettre au goût du jour les classiques, pour qu’ils soient de nouveau à la mode. C'est une manière de rajeunir les livres », poursuit Rafaello Avanzini. « L’idée des couvertures est venue rapidement : il fallait en finir avec des visuels qui découragent les jeunes lecteurs. » Des photos de tableaux, ou des illustrations vieillissantes : tout cela concourt évidemment à un désintérêt. 

 

Le livre est classé immédiatement dans un segment dont le lectorat se détache. « Il fallait trouver plus de souffle et nous avons alors travaillé avec un Sebastian Barcaroli qui a mené le projet graphique et Alessandra Sabatini qui s’est chargée de la réalisation. »

 

L’idée même d’Alphabet est de pouvoir multiplier les déclinaisons : plusieurs auteurs peuvent occuper une lettre, et enrichir à leur manière cette approche. « Nous faisons du livre un objet qui peut devenir un cadeau attrayant. » Et quitte à jouer avec les lettres de l’alphabet, autant s’en donner à cœur joie. 
 

Design de couverture : « Le livre est sa première publicité » 


Plusieurs types de coffrets ont été montés, pour attirer les lecteurs. « Nous avons proposé une valise contenant tout l’alphabet, pur 49,90 €, alors que les livres sont proposés pour 4,90 €. » Et puis, d’autres modulations sont possibles : pour exemple, le coffre TI AMO, évidemment, pour dire Je t’aime, avec Tolstoi, Ibsen, Austen, Manzoni et Homère (Omero, en italien…).
 

Les classiques Newton Compton
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Un jeu concours, au lancement de la collection, en septembre 2016, fut organisé sur les réseaux sociaux : objectif, inciter les internautes à réaliser des mots, voire des phrases, avec les livres des auteurs, le tout envoyé avec le hashtag #newtonalphabet. 

Les traductions n’ont toutefois pas été revues à l’occasion de cette vague de rééditions — et certaines peuvent avoir pris un peu la poussière. Avec plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires vendus, la maison pourra certainement apporter un meilleur service encore, si le succès se confirme. 
 

Aux caisses du salon de Turin, les lecteurs se pressent : on achète facilement deux ou trois exemplaires, avec le sourire. « Je n’avais jamais lu Homère, mais avec cette couverture, ça m’a donné envie », nous explique Stefano, clairement emballé. « Nous n’avons pas inventé la roue », note, modeste, Rafaello Avanzini, « Penguin avait déjà mis un grand coup de fraîcheur sur ses propres classiques. » Un coup de peinture survenu… en juin 2012.