Alzheimer : Pratchett adresse une pétition au premier Ministre

Clément Solym - 25.11.2008

Edition - Société - Alzheimer - Pratchett - premier


Depuis que la maladie d'Alzheimer lui a été diagnostiquée, Terry Pratchett est parti en croisade, tout à la fois pour que le grand public comprenne combien cette maladie que l'on tait ne doit justement pas être tenue au silence, mais également pour que le gouvernement anglais décide enfin de lever les fonds nécessaires à la recherche.

« C'est peut-être la raison pour laquelle, par exemple, je sais que trois personnes ont survécu à des tumeurs au cerveau, mais pas une seule n'a triomphé de la maladie d'Alzheimer », expliquait-il début septembre.

Aujourd'hui, Pratchett va adresser une pétition au 10 Downing street, la rue historique qui accueille depuis 200 ans les bureaux du premier ministre anglais. Pour qu'enfin les autorités réalisent que lorsqu'il parle d'un « tsunami mondial » concernant Alzheimer, il ne romance pas la situation. « J'exhorte le gouvernement à accroître le financement de la recherche contre la démence, parce que c'est une question d'urgence. »

La pétition de Pratchett débute ainsi : « Monsieur le premier ministre, je suis consterné de ce que la recherche sur la maladie d'Alzheimer et les maladies connexes, qui touchent 700.000 personnes en Angleterre ne perçoive que 3 % des financements gouvernementaux alloués à la rechercher médicale. »

Voilà quelque temps, l'auteur du Disque monde avait eu cette remarque mi-figue mi-raisin, critiquant violemment le système de santé anglais, en affirmant que l'on pouvait aisément obtenir du viagra, mais pas l'Aricept, médicament qui permet de ralentir le processus de dégénérescence.