Portrait : Amarna Miller, du porn au poème

Thomas Deslogis - 08.07.2015

Edition - International - Amarna Miller - actrice porno - poète réalité


La poésie est ma façon de confronter le monde. De petites capsules de connaissances liées à mon expérience, mes amours, mes fautes à ne pas répéter. Comme des post-it dans ma mémoire. Quand je lis d’autres poètes, je n’essaie pas de comprendre l’auteur (ce serait impossible), mais de comprendre moi-même. » Le lecteur attentif remarquera que je viens de fermer des guillemets non ouverts au préalable. C’est que ces mots sont d’Amarna Miller, mais, peut-être pour la première fois depuis que j’écris, je me retrouve entièrement dans une description du travail poétique par un de mes contemporains. Et là où cette justesse, du moins à mes yeux, devient follement fascinante, un brin troublante même, c’est qu’Amarna Miller est d’abord connue... comme actrice porno. 

 

 

Amarna Miller Retazos 1 by Jaure Mur

“Retazos” #1 by Jaure Mur

 

 

Je l’avais déjà « croisé ». Je ne suis pourtant pas fan des vidéos « Fake Taxi », très présentes sur les tubes, mais justement trop fakes et redondantes a mon goût. Cette fois-ci cependant, le défilé d’images annonciatrices m’obligea au clic, et son espagnole de langue m’absorba. Petite merveille des tubes, l’histoire aurait pu s’arrêter là, le nom d’Amarna Miller enregistré quelque part au fond de ma mémoire, pour ainsi dire comme un post-it... Mais voilà que ce petit bout de souvenir fut soudainement réactivé lorsque la reine des poètes, Luna Miguel, publia sur son site un poème pas comme les autres. Un poème signé Amarna Miller. 

 

« Toujours attentive à ce que les coins ne me prennent pas les yeux, 

Toujours consciente que mes entrailles ne vont pas voler 

[...]

Ma vie, réduite à une graine. » (source)

 

Beau, simple, sensible. C’est décidé, il me faut en savoir plus sur Amarna. Très vite je comprends qu’elle n’est pas tout à fait une actrice comme les autres. Elle le dit et le répète : pour elle, ce qui compte avant tout c’est le plaisir, c’est la notion poussée a son maximum, pour lui donner un minimum de valeur. Bref, définitivement, une poète. 

 

Et c’est libre, un poète. À 18 ans passées elle envoie sa candidature à plusieurs productions espagnoles. Les propositions qu’elle reçoit en retour ne lui conviennent guère. Amarna se décrit certes comme exhibitionniste et dotée d’une libido hors du commun, cela ne l’empêche pas de rester sélective. Déçue, elle abandonne l’idée pour un temps et se lance dans des études d’art photo et cinéma, rien qu’ça ! C’est qu’elle a une idée derrière la tête... 

 

 


 

« Je suis une aventurière professionnelle », me répond-elle lorsque je lui demande comment elle se voit. Assez libre et aventurière pour surpasser la déception de sa première approche du « milieu » et profiter de ces nouvelles connaissances de l’usage optique pour monter sa propre boîte et, ainsi, réaliser ses propres scènes. Omnia-X offrira un contrôle des plus absolus à Amarna Miller, 5 années durant. Environnement sain, images léchées, partenaires désirés, etc. « C’est ainsi que j’ai compris qu’un autre porn était possible », explique-t-elle. 

 

De quoi parle-t-on ? L’idée d’un « autre » porno se fait de plus en présente sur le web. En France, fidèles que nous sommes à une nature aussi méta que physique, c’est d’abord une autre facon de parler du porn qui s’est imposée. En témoigne, entre autres nombreux exemples, le succès du site Le Tag Parfait (pour lequel je bosse également, salut patron !), le blog d’Agnes Giard « Les 400 culs » hébergé par Libération, ou encore le récent et passionnant documentaire d’Ovidie « À quoi rêvent les jeunes filles ? » diffusé sur France 2 et constituant une critique experte des codes du porno classique, ceux-là mêmes qui, s’insinuant dans chaque aspect de la société du spectacle, relèvent d’un machisme inédit sous couvert de libération corporelle. 

 

Mais, ici et la, le porn intelligent fait un peu plus que penser, et prend forme. On peut bien évidemment citer les scènes espagnoles et auto-produites par Amarna, ou les films réalisés par Ovidie. On peut, on doit, aussi parler du projet anglais Four Chambers qui représente aujourd’hui ce qui se fait de plus beau, de plus travaillé, de plus artistique dans le nouveau porn. Un collectif féministe ouvert, européen, auquel a participé – roulement de tambour – Amarna Miller ! 

 

Luna Miguel, et Amarna

 

 

La poète. Elle me précise, mais j’avais remarqué, qu’elle fait aussi beaucoup de porn mainstream. Comme si, moi, je ne faisais que des poèmes... Elle tient tout de même à signaler qu’elle croit en un avenir plus diversifié, en la généralisation d’un porn volontairement différent de celui fait par des hommes hétéro sans déviance (outre la domination banalisée) pour des hommes hétéro sans déviance (outre...). 

 

Amarna, elle, « truly love » son coté masochiste et tourne pas mal de scènes de cet acabit. Pour l’expliquer, quoique cela ne devrait pas être une nécessité, elle propose une comparaison à laquelle je ne vois aucune contradiction possible : le sport. Un inconfort physique provoquant une immense récompense émotionnelle. Que répondre à ça ? L’évidence est similaire au rapprochement qui, personnellement, me serait venu à l’esprit : le choix de la poésie. Ce sacrifice moral et physique, douloureux comme l’est la misère, au nom d’un plaisir transcendantal qu’on retrouve entre deux mots, au hasard d’un choc. Un choix – tiens, tiens – qu’Amarna fait également.

 

crédit Alberto Gamazo

 

Résumons : actrice porno, masochiste et poète. Amarna Miller fait donc toujours le choix des extrêmes sur la route de la jouissance ; et la grande leçon que nous apporte sa jeune carrière (elle n’a que 24 ans) est d’une simplicité intellectuelle aussi déconcertante qu’elle est rarement appliquée avec une telle ardeur : savoir vivre, c’est savoir jouir. 

 

Un art dont elle est tout entière la plus pure représentation. Un art qui demande avant tout, explique-t-elle, de sortir de sa zone de confort. Le sexe, mais face caméra. L’orgasme, mais par le mal. L’écriture, mais par la poésie. 

 

Et notons bien, toutes les activités d’Amarna Miller sont publiques, populaires. « Je me vois comme une petite réformatrice sociale. » N’hésitez pas une seule seconde : votez Amarna ! 

 

Le site d’Amarna Miller (NSFW) et son somptueux portfolio