Amazon : achat du libraire Abebooks et 240.000 Kindle vendus

Clément Solym - 02.08.2008

Edition - Economie - Amazon - Abebooks - Kindle


Suite à l'achat du marchand de livres audio en mars dernier, Audible, pour 300 millions $, Amazon poursuit sa stratégie d'investissement avec l'acquisition annoncée hier d'Abebooks, libraire en ligne canadien. Cette fois, les termes du contrat n'ont pas été divulgués.

Retour aux fondamentaux : les livres

Abebooks dispose d'un fonds d'environ 110 millions de livres, souvent des modèles rares ou épuisés, distribués par 13.500 libraires indépendants à travers le monde. Ce dernier est également propriétaire à 40 % de TheLibraryThing, site offrant aux utilisateurs de référencer leurs livres et d'y adjoindre un commentaire. Il permet ainsi aux membres de comparer leurs goûts et opinions. Fait intéressant, Amazon avait injecté 1 million $ dans Shelfari, concurrent direct de TheLibraryThing.


Rappelons que ce rapprochement définitif entre les deux groupes n'est pas soudain : en 2002, un premier accord les avait rassemblés sur le marché américain. Fondée en 1996, la société américaine s'est déclinée en six langues, dont le français. Point commun supplémentaire, Abebooks pratique également la gratuité des frais de port... Amazon espère conclure définitivement cette transaction d'ici le dernier trimestre 2008.

Pour Amazon, cet investissement le ramène aux bases de son métier sur le net : la vente de livres, qu'il ne souhaite manifestement pas délaisser au profit de son nouveau jouet, le Kindle, et la vente d'ebooks.

240.000 Kindle vendus

Et du Kindle, justement, il en est également question, avec l'annonce faite par TechCrunch de 240.000 ventes du lecteur de livres électroniques. Une évaluation du chiffre d'affaires reste cependant ardue, étant donné que le Kindle a vu son prix baisser de 10 %, à 359 $ en mai dernier.

Cependant, on peut raisonnablement situer la somme entre 86,1 millions et 95,7 millions $. Reste alors le pronostic émis par les analystes de 700 à 800.000 Kindle vendus avant la fin 2008. Un chiffre qui ne serait peut-être plus si invraisemblable, si l'on prend en compte la période de Noel, toujours propice à l'investissement dans le matériel high-tech.