Amazon cesse de payer ses chauffeurs Flex... avec leurs propres pourboires

Nicolas Gary - 23.08.2019

Edition - Economie - Livreurs Amazon - Amazon Flex services - flex salaire amazon


Voilà quelques années qu’Amazon pratique l’uberisation salariale à outrance : son modèle Flex, sous couvert d’entrepreneuriat, dissimule une exploitation méthodique. Des livreurs, changés en intermitents du service, effectuent les dépôts de colis directement. Et en regard du profil, Flex cible bel et bien une population très précise. 

Show me the color of your money
(photo d'illustration, Glen Bledsoe, CC BY 2.0)


Le salaire ne fait pas tout : autour de 22 € de l’heure, pour effectuer les livraisons de colis partout dans son périmètre, c’est séduisant quand on a 21 ans. Oui, c’est l’âge minimum pour s’inscrire à Flex – avec un permis de conduire et rien sur son casier judiciaire. Mais pour cette somme, aucune couverture sociale, chômage ni rien. Et les frais d’essence sont à la charge du Flex-elivreur.

Le rêve de toute entreprise sans trop de scrupules : des salariés à foison, sans les contraintes du salariat ni les charges patronales. De l’optimisation non fiscale, mais sociale, qui pousse loin la déviance. 

En effet, jusqu’à présent, Amazon était en mesure de retenir les pourboires reçus par les livreurs, pour payer partie de leur salaire de base. Et du fait de l’absence de transparence totale, les livreurs ignoraient complètement cette pratique. De fait, ils ignoraient quel montant de pourboire avait pu leur remettre tel ou tel client. Troublant…

Au point que certains des livreurs Flex ont fait l’expérience en se livrant à eux-mêmes des articles, afin de comprendre ce qui se passait. Le delta entre le montant donné en pourboire et la réalité perdue a montré qu’il y avait bel et bien un problème. 

Amazon fait amende honorable et assure qu’elle proposera plus de transparence dans les prochains temps, mais très rapidement. Ainsi, les chauffeurs sauront précisément tout ce qu’ils perçoivent, de salaire et de pourboire. Quelle n’avait pas été leur surprise en apprenant, début janvier, qu’ils se faisaient prélever ces revenus annexes pour payer leur base horaire...

via LA Times


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.