Amazon critiqué en Allemagne pour sa faible facture fiscale

Antoine Oury - 17.07.2013

Edition - International - Amazon - Allemagne - taxes


Le site d'e-commerce fait à nouveau le plaisir des commentateurs en Allemagne, après la révélation de sa facture fiscale. Evidemment, celle-ci s'avère largement inférieure à ses recettes, qui s'élèvent à quelques 8,7 milliards € sur l'année dernière. L'opinion publique est outrée, et un parlementaire européen des Verts allemands demande une réaction des autorités du pays.

 


Tax Bill

401(K) 2013, CC BY-SA 2.0

 

 

L'addition n'a pas été franchement salée, et laisse un goût amer au sein de l'industrie culturelle allemande : 3 millions $, le montant de la facture qu'a reçu Amazon pour l'année 2012, paraît bien dérisoire en comparaison aux recettes qu'il a réalisées sur l'année 2012. La société a déclaré 10 millions € de revenus, malgré la seconde place qu'occupe le pays dans ses marchés.

 

La manœuvre est bien connue : le site fait transiter ses revenus via une autre société, basée au Luxembourg, Amazon Europe Holding Technologies, qui profite alors de la politique fiscale plus permissive du pays. « Les responsables financiers doivent obtenir le meilleur retour sur investissement pour les actionnaires, et l'optimisation fiscale fait partie des moyens pour y arriver », admet Laurence Field, spécialiste des taxes chez Crowe Clark Whitehill LLP.

 

Un membre du Parlement européen, lié au parti allemand des Verts, Sven Giegold, a vigoureusement réagi à la nouvelle : « Je suis outré. Nous devons utiliser des moyens bien plus répressifs pour nous assurer que ces bénéfices ne puissent pas sortir du pays », a-t-il expliqué en soulignant qu'il allait faire parvenir une lettre au ministre des Finances Wolfgang Schäuble.

 

« Faire des discours au G20 et se défiler sur les cas les plus flagrants, cela ne suffit pas », a-t-il ajouté. L'optimisation fiscale d'Amazon et de plusieurs autres multinationales des nouvelles technologies, comme Google ou Apple, est devenue publique depuis plusieurs mois, et les différents gouvernements cherchent désormais à s'entendre sur une politique fiscale commune, Amazon restant totalement dans la légalité dans le règlement de ses taxes. Cette politique commune, a minima européenne, devra faire avec les réticences des Etats-Unis, pour lesquels le dynamisme de ces sociétés est un atout certain.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.