Amazon : des politiques veulent le retour de livres qui soignent l'homosexualité

Nicolas Gary - 20.07.2019

Edition - International - thérapie conversion - guérir homosexualité - pression politique Amazon


Il vend des livres, mais ne fait pas (encore ?) de politique : Jeff Bezos, grand patron du monstrueux Amazon, serait cependant sous pression. En effet, un comité d’étude du groupe des républicains, au Parlement, tente de faire pression pour que soient remis en vente des livres de Joseph Nicolosi. Un bonhomme qui se disait à la pointe de la thérapie permettant de guérir… l’homosexualité.

Kiss!
chrisinphilly5448, CC BY SA 2.0
 

Le psychologue, décédé en 2017, fut fondateur du NARTH, National Association for Research and Therapy of Homosexuality, en 1992. Il aura mis au point une méthode de traitement appelée « thérapie de conversion », pour corriger le penchant homosexuel. Pourtant, certains des patients auraient préféré le terme de torture à celui de thérapie. Avec des penchants, post-traitement, dépressifs voire suicidaires.

Mi-juin, Amazon avait décidé de ne plus commercialiser les ouvrages du psychologue.
 

Le complot LGBT en action, bien entendu


Économiquement dommageable, la décision du cybermarchand avait fait monté au créneau le fils, Joseph Jr., dénonçant une censure autant qu’un lobbying venant de LGBT radicaux – qui seraient évidemment soucieux d’entretenir le flou sur la réalité de ces ouvrages et de la méthode.

Et par conséquent, avec des relents de conspirationnisme, le fils jette le doute sur les réelles motivations… Il s’agirait en effet d’une tentative pour que l’hétérosexualité soit mise à mal, alors que le mouvement LGBT salue toute forme de liberté sexuelle. Passons. 
 
Soigner l’homosexualité revient, de toute manière, à considérer qu’il s’agisse d’une maladie. Et à ce titre, il y a encore et toujours des paires de baffes qui se perdent, même si la violence n’a jamais rien résolu. D’ailleurs, l’American Psychiatric Association avait pointé qu’aucune « preuve crédible qu’une intervention par traitement psychiatrique, puisse modifier l’orientation sexuelle de manière fiable, sans danger — que ce soit du point de vue de la santé mentale, une orientation sexuelle ne doit pas être contrainte ».



 

Le choix du marchand, pas celui du politique


Qu’Amazon refuse donc des ouvrages de pseudoscience n’est finalement pas si grave. En revanche, les conservateurs politiques, et à ce titre, les républicains savent faire preuve d’inventivité. La décision d’Amazon ne doit rien à une intervention gouvernementale, qui serait condamnable en soi : elle relève de la liberté d’un commerçant que de choisir les produits qu’il vend. 

Bien entendu, on apprécierait tout autant qu’Amazon puisse trier dans ses étals les ouvrages homophobes, xénophobes, et autres. Chaque chose en son temps, pourrait-on dire. 
 

Le docteur Nicolosi, soucieux du sort d'hétéros perturbés


Mais voici donc que les politiciens se piquent de sociologie et de médecine, et qu’un comité d’étude républicain, réunissant plus de 70 % des membres du Grand Old Party (GOP, nom traditionnel du parti), cherche à faire revenir les livres sur Amazon. Dans un document évoqué par Vice, on apprend qu’il est demandé aux membres de contacter la firme pour évoquer la « censure amazonienne ». 

Et de souligner : « Le Docteur Joseph Nicolosi, psychologue catholique, auteur et thérapeute, a écrit plusieurs livres pour aider les hommes en proie à des désirs, des attraits et de modes de vie homosexuels indésirables. […] Ces livres étaient disponibles sur Amazon jusqu’à ce qu’un militant LGBT demande, à plusieurs reprises, de retirer des “livres homophobes” du site web de la société. »

2018.06.08 Capital Pride People and Places with Sony A7 III, Washington, DC USA 02880
Ted Eytan, CC BY SA 2.0

 
Il s'agit de Rojo Alan, citoyen britannique, véritablement parti en guerre – parce que lui-même victime d'une de ces thérapies – contre les ouvrages de Nicolosi. À l’époque, Amazon s’était défendu en arguant que son métier est de fournir aux clients des ouvrages présentant tous les points de vue possibles. « Cela dit, nous nous réservons le droit de ne pas vendre certains contenus, tels que la pédopornographie ou toute autre œuvre inappropriée », concluait le porte-parole. Et en effet, les livres furent bien retirés.
 

Censure, hypocrisie et... homophobie latente


Or, si l’on parle de censure, c’est que les livres auraient disparu sans que l’on avance d’explication quant à une quelconque violation des politiques de vente de la forme. Accusant Amazon d’hypocrisie, alors que se retrouvent commercialisés des livres d’Hitler ou d’autres figures terribles, les républicains demandent donc le retour des ouvrages. 

« La communauté gay, un groupe soi-disant opprimé et marginalisé, détient un pouvoir fantastique aujourd’hui, et ce, sans égard pour les droits de ceux qui choisissent de ne pas le soutenir. Combien de temps faudra-t-il avant que le livre le plus lu au monde ne soit interdit parce qu’il présente une vision sombre de l’homosexualité ? » La Bible aurait-elle des soucis à se faire ?

Aux États-Unis, dix-huit Etats ont interdit la pratique de la thérapie de conversion, et nombre d’organisations médicales de premier ordre ont manifesté expressément leur opposition à ce traitement, qui n’aurait rien d’un traitement en réalité. Il semblerait que 700.000 adultes LGBT aient pourtant suivi cette thérapie, apprenait-on dans une étude de 2018. 

Et plus important : si les livres de Joseph Nicolosi ont disparu, bien d’autres auteurs, écrivant sur le sujet, voient leurs ouvrages toujours disponibles. « Tout le monde est hétérosexuel. Certains d’entre vous peuvent rencontrer un problème d’homosexualité. Mais vous restez hétérosexuels », avait assuré le bon docteur, dans une intervention de 2004. Dont acte.
  


Commentaires
Cet article met un peu mal à l'aise...

On peut être en complet désaccord avec ces théories du docteur Nicolosi -dont je découvre l'existence grâce à l'article de Nicolas Gary -pas lu cette nouvelle ailleurs et le site obtient toujours des infos intéressantes et exclusives.

Mais le fait de s'arroger le droit de ne pas vendre des livres qui peuvent choquer est un toboggan qui peut glisser vers la censure liberticide...

Il faut vraiment faire attention avec cela.

Les livres du marquis de Sade et de Céline -pour ne citer que deux exemples archiconnus- sont des classiques de la littérature et contiennent des monstruosités !

Et je ne crois pas que les féministes y trouvent leur compte alors que le «divin marquis» soumet des jeunes femmes à de monstrueuses tortures.



Si on veut vraiment lire «Mein Kampf» de Hitler -pour connaître l'Histoire par les sources et non seulement les commentaires et historiques ultérieurs -c'est possible.

Moi je vois mal ce qui peut vraiment justifier ce qui-compte tenu de la puissance gigantesque (on pourrait dire immensément excessive) d'Amazon -peut permettre de sacrifier certains ouvrages et non d'autres qui peuvent tout autant voire beaucoup plus scandaliser !

Même s'ils sortent du champ de la littérature.

Il faut laisser la porte ouverte aux débats sous peine de créer des auteurs martyrs qui s'en serviront pour augmenter justement leur prestige en attaquant Amazon par exemple via les réseaux sociaux,certains médias,etc.

Il faut accepter je crois que la liberté entraîne l'existence possible d'oeuvres et manifestations diverses qui peuvent nous choquer ou nous déplaire.

Ou alors on considère que la liberté doit être remise en question...

Qu'elle n'existe que selon NOS critères !

Sujet difficile et épineux,j'en suis bien conscient.

Et Amazon et Facebook n'ont aucune autorité morale sur l'humanité que leur mégapuissance leur confèreraient !

Gare à une pente glissante qui mènerait à l'arbitraire liberticide et à l'hygiénisme moral qui se croit absolu...!

Et non je n'ai aucune envie de lire les théories de ce docteur,que ce soit clair.

CHRISTIAN NAUWELAERS
Une coquille dans ma réaction !

(...)aucune autorité morale (...)que leur mégapuissance leur confèrerait, au singulier !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Comme Nowelaerts, je découvre avec cet article l'existence de Nicolosi… Cette affaire ne serait-elle pas en train de faire une publicité inespérée à des ouvrages qui glissaient doucement dans l'oubli ? Qui se soucie aujourd'hui des multiples ouvrages du XIXe siècle condamnant la masturbation et prônant des méthodes barbares pour "corriger les enfants vicieux"? Pourtant ils n'ont jamais été retirés officiellement des catalogues. La meilleure censure, la seule acceptable et la plus efficace, c'est le désintérêt des lecteurs.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.