Amazon détruit des emplois : les libraires applaudissent Mounir Mahjoubi

Antoine Oury - 22.11.2019

Edition - Librairies - Mounir Mahjoubi - amazon emplois - achats amazon


Le Black Friday, jour d'intenses promotions pour Amazon et d'autres commerçants, a bel et bien été un « vendredi noir » pour le géant américain du ecommerce. Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire d’État au numérique et député de Paris, a pris la parole ce vendredi 22 novembre pour dénoncer l'impact d'Amazon sur l'emploi français. Et a appelé les Français à s'engager. Les libraires, par l'intermédiaire du Syndicat de la Librairie française, ne cachent pas leur assentiment.

Amazon
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


C'est dans une note d'analyse publiée ce vendredi 22 novembre que Mounir Mahjoubi estime que 7 900 emplois ont été détruits en France en 2018 par Amazon, rapporte France Info. Dans le détail, ce chiffre s'obtient « en déduisant les embauches d'Amazon et des vendeurs tiers (12 337 emplois créés) aux suppressions d'emplois dans le commerce physique à cause des activités du site d'achat (20 239 emplois perdus) ».

La productivité élevée au sein d'Amazon permettrait ainsi à la firme de dégager environ 600.000 € de chiffre d'affaires par salarié, contre 270.000 € environ pour les salariés d'une boutique traditionnelle, selon Mahjoubi. Une productivité qui se ferait bien souvent au détriment des salariés de la firme américaine, qui évoquent régulièrement des conditions de travail très difficiles.

« Les Français doivent penser aux PME françaises pour leurs achats », a souligné le député LREM, qui affirme qu'il ne lance pas un appel « au boycott, mais un appel à la diversité économique ».

Le Syndicat de la Librairie française, qui milite contre Amazon depuis plusieurs années déjà, se réjouit dans un communiqué des propos de Mounir Mahjoubi. « Le SLF rappelle que les librairies indépendantes, à chiffre d’affaires équivalent, génèrent 18 fois plus d’emplois qu’Amazon », indique-t-il en citant la Fédération du e-commerce et de la vente à distance.
 
« La librairie est un commerce humain qui mise sur des femmes et des hommes qui aiment les livres, les défendent et les connaissent comme ils connaissent leurs clients “en chair et en os”. Si le réseau des librairies demeure le premier circuit de vente de livres en France, il n’en a pas moins perdu 1 500 emplois depuis dix ans, soit 12 % de l’effectif de la profession. Cette destruction d’emplois est notamment liée à la croissance continue d’Amazon sur le marché du livre durant cette période », ajoute encore le syndicat professionnel.

Le syndicat, qui réunit quelque 600 librairies françaises, avait cosigné il y a quelques jours une grande tribune, publiée dans Le Monde, pour critiquer le Black Friday et Amazon.


Commentaires
Quand on lit certains commentaires je me dis qu' il est bon de lire "que faire des cons pour ne pas en devenir un soi-même" de Maxime Rovere, écrivain et historien de la philosophie ouvrage d' humour,bienveillance et sagesse qui donne des billes pour lutter contre le fléau de la bêtise humaine.

Comment peut-on défendre Amazon et gafa aujourd'hui?
Oui, il est bien triste de lire certains commentaires pro-Amazon; mais peut-être que ces gens-là font de l'humour???!!!



Ainsi on pourrait affirmer que sur Amazon les livres sont visibles, qu'ils y sont tous, qu'on peut les toucher, les flairer, les ouvrir, les refermer, demander à monsieur Amazon s'il l'a lu et ce qu'il en pense!



Quant à moi, ce que je pense de tout ça, c'est qu'Amazon ne serait rien, pas même un pet de lapin, si tant de bons citoyens ne lui prêtaient allégeance.







andré zaradzki
foutage de gueule, il n'a rien fait contre Amazon quand il était au gouvernement et n'a jamais protesté contre les millions d'euros de subventions donnés à Amazon pour l'ouverture de ses entrepôts. C'est un guignol.
je souscris pleinement aux propos de Henri Mojon wink wink
Ah bon ? Vous approuvez son recours à l'insulte ? Bravo.
Pourquoi ce recours à l'insulte ? Cela est le souvent le signe d'une faiblesse de l'argumentation.
Guignol n’est pas ici utilisé comme une insulte. C’est une métaphore du gentil qui tape sur les méchants avec son gros bâton.
Je commande beaucoup sur Amazon (et surtout sur comiXology) mais j'utilise aussi des services de PME qui vendent sur Internet : Propolia / Anime Store / La Maison du Mochi / Biscuiterie d'Afa / DramaPassion, la preuve qu'on peut utiliser divers services sans magasins locaux ; pour mes courses c'est Monoprix ; mais c'est vrai j'utilise plus mes libraires je m'y sen mal (phobie sociale) je préfère Amazon ou la Fnac.
Tout à fait d'accord avec les commentaires précédents. Il est de bon ton de taper sur Amazon, c'est dans l'air du temps. Il y a dans ces critiques une grosse part d'envie, de jalousie et d’ignorance crasse. À ma connaissance, ceux qui travaillent chez Amazon ont fait le choix de cet employeur qu'ils sont libres de quitter à tout moment et n’ont pas été enrôlés de force, non ? Mahjoudi fait de la démagogie, rien d’autre. A-t-il jamais travaillé de ses mains, sur des chantiers, dans une usine, dans le réel ?? Il « estime » que X emplois ont été détruits par Amazon à partir de chiffres : quelle précision ! Faut-il rappeler, en comparaison, le nombre effarant de PME et petits artisans acculés à la faillite parce que écrasés par les taxes, charges sociales, etc. imposées par l’État ? Que celui qui n’a jamais commandé à Amazon jette la première pierre !
je crowdfunde comme pour https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/promare-en-vf/tabs/description ou Olydri, et j'utilise parfois les sites d'auteurs directement ( Kelly Thompson / https://www.1979semifinalistcom.store/ ou La Boutique de Laurel / https://boutique.bloglaurel.com/collections/all ou Hoplitéa / https://www.northstarcomics.com/2016/03/04/hoplitea/ ou le Shop de Black Box ou du Lézard Noir).



je pense que Mounir Mahjoubi simplifie beaucoup...
Pas besoin d'Amazon pour se plaindre du désarroi de ses employés, il suffit d'aller faire un tour chez Gibert pour voir l'abattement et les marques de la dépression sur le visage de la plupart de ses employés, qui sont pourtant presque tous, c'est frappant, d'une culture et d'une intelligence rares...
MM fait surtout un raccourci énorme et du lequel personne semble ne s'étonner: "Amazon déduit des emplois parce qu'il faut déduire ses propres embauches d'Amazon aux suppressions d'emplois dans le commerce physique".



cette notion revient à dire que lorsqu'un concurrent arrive, l'univers est considéré comme figé et les autres acteurs ne sont pas sensés réagir, rechercher à s'améliorer par eux mêmes. C'est une pensée archaïque qui nie totalement les vertus de la concurrence. Toutes les industries sont soumises à l'arrivée de concurrents et personne n'est légitimement justifié à rester dormir pendant que la concurrence arrive.



Oui je suis libéral, oui la librairie est peut être une industrie spécifique, mais on ne fait pas un tel raccourci intellectuel sans un minimum de précautions.
Mais, de quoi s'étonne-t-on ?

Nos gouvernants, sous l'influence des grands groupes, mettent en place un système libéral avec une libre-concurrence à l'échelle mondiale et sont surpris que cette mondialisation se fasse au détriment des petites entreprises qui ne peuvent pas lutter contre des géants. Car, il n'y a pas que les libraires qui sont touchés. Combien de petits commerces de proximité ont disparu du centre des villes parce qu'ils ne pouvaient pas se battre contre les grandes surfaces qui s'installaient en périphérie. Ca a commencé il y a 40 ans. A cette époque, on favorisait ces implantations et on s'en félicitait. Aujourd'hui, ça atteint son paroxysme et l'on s'émeut en jouant les vierges effarouchées.

On veut bien de la globalisation à condition qu'elle nous soit favorable.

Mais, la globalisation, c'est une guerre. Et dans une guerre, même si on veut la cadrer -ce qui fait doucement rigoler-, il n'y a pas de règles.
Mettre la destruction des librairies uniquement sur le dos d'Amazon est un raccourci démagogique.

Même si la destruction créatrice et internet n'existait pas, les supermarchés, la "chaîne du livre", la fuite en avant d'une édition à la recherche de croissance mettraient à mal le business-model de la vente de livre en magasin. Mais c'est si facile d'accuser cet ogre américain pour faire oublier que les principaux responsables de cette désaffection sont nationaux. L'autorité, les majors de l'industrie du livre et au final les consommateurs.



Oui, Amazon est un monstrueux destructeur de valeur, mais il n'est pas le seul coupable.
Comment peut-on faire ce genre de commentaires défendant Amazon ????

Dire que les propos de Mounir Mahjoubi sont "démagogiques" est un manque complet de personnalité issue de mouton suivant le troupeau.

1) - Amazon ne paie pas ses impots

2) - Amazon méprise ses propres clients (Colis jetés dans les jardins, écrasés dans les boites à lettres, non livrés...) et s'en fout, ils remplacent gratuitement !!!

3) - Amazon méprise ses employés bien obligés d'accepter un poste d'esclave sous peine d'être radiés - Je ne parle même pas des sous traitants livreurs exploités minutés et dont on déduit les livraisons qui n'ont pu être faites le jour même

4) - L'impact écologique Amazon en CATASTROPHIQUE entre les avions, cargos, camions et tous les objets jetés ou détruits alors qu'ils sont encore neufs !

Non, je n'ai pas de compte Amazon et ne commanderais jamais sur Amazon !!!!



Le fait d'être en liberté surveillée avec tous vos comptes internet et autres "soyez connectés" ne vous dérange pas ? Et tout cela sans contact humain...

Ouais, vraiment, je préfère aller dans une librairie

Bravo Mounir !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.