Amazon en Allemagne : le reportage qui met le feu aux poudres

Nicolas Gary - 17.02.2013

Edition - Economie - Amazon - Allemagne


Les méthodes d'Amazon mises en cause dans un documentaire de la chaîne ARD, traitant des conditions de travail pour la filiale allemande, font un véritable scandale. Depuis la diffusion du documentaire, les réactions de la chaîne se font plus rares que jamais, alors qu'elle est accusée d'avoir recouru à des gardiens néo-nazis pour surveiller des travailleurs temporaires immigrés. 

 

 

Amazon Ad with Spelling Mistake

epSos.de, (CC BY 2.0)

 

 

HESS Security, la société en charge du recrutement des fameux vigiles n'en revient pas non plus. Mais le fait de recruter des personnes au look militaire très prononcé, cheveu ras et arborant fièrement des vêtements Thor Steinar, marque fondée en 2002 et associée aux mouvements néo-nazis, ne met personne à l'aise. 

« Recherche agent de sécurité, crâne rasé et bottes en cuir demandées. Ratonnade à prévoir, sang impur s'abstenir » : bientôt de telles annonces de recherche d'emploi dans les bases de données d'Amazon ? Le poste que la firme a confié à plusieurs cerbères du service de sécurité HESS Security (un nom vraisemblablement hommage à Rudolf Hess, proche d'Hitler) s'apparente en tout cas à des menaces pures et dures : ces « gardiens » seraient chargés de motiver la main d'oeuvre, surtout d'origine étrangère, à l'aide d'intimidations en tout genre. 

 

Pour l'heure, le marchand a défendu sa position en sauvant les meubles. Ainsi, 7700 personnes travaillent dans les centres logistiques de la société, à l'occasion des fêtes, pour soutenir les personnes déjà présentes. Des recrutements d'intérimaires qui permettent de faire face à l'afflux des demandes, mais également de projeter de futurs recrutements. 

 

Il a pourtant bien fallu tenter de désamorcer le scandale. Et dans un long communiqué, la firme a donné sa version des choses, sans pour autant contester les propos ni les témoignages qui ont été diffusés dans le reportage.

 

Et la société d'assurer que le recrutement des intérimaires est respectueux de la législation allemande. « Nous tenons compte de la sécurité et prenons très au sérieux le bien-être des employés, contrôlant régulièrement les prestataires de services externes chargés du recrutement des travailleurs saisonniers originaires d'autres régions. [...] Amazon ne tolère aucune forme de discrimination ni d'intimidation, et nous agirons prochainement pour faire disparaître de tels comportements. »

 

Pourtant, ce sont bien ces mêmes employés intérimaires, qui témoignent dans le documentaire des actes de violence dont ils ont été victimes. Selon le reportage de la chaîne ARD, HESS Security est une allusion à l'un des sous-fifres d'Adolf Hitler, Rudolf Hess, personnalité majeure du Troisième Reich, qui influença le dictateur toute sa vie durant au point de devenir son représentant officiel auprès du parti nazi. Il se pendit en 1987, après 46 années de réclusion, dans la prison de Spandau à Berlin-Ouest

 

L'Allemagne a de quoi s'inquiéter, des répercussions que ce reportage peut avoir sur les esprits. Des campagnes de boycott ont déjà été annoncées, même si la firme semble d'ores et déjà ouverte à toute proposition. A suivre...