Amazon et Google n'excluent toujours pas les livres nazis

Antoine Oury - 27.07.2020

Edition - Société - amazon google nazis - livres nazis - amazon produits racisme


Le constat revient régulièrement, mais rien n'y fait : les librairies en ligne des multinationales Amazon et Google proposent toujours des ouvrages nazis, ouvertement racistes et incitants à la haine. Cette fois, c'est la BBC qui prend en flagrant délit les enseignes virtuelles, avec des produits faisant référence au Ku Klux Klan et au suprématisme blanc.

SAY NO TO KKK


BBC Click a mené l'enquête, et trouvé des dizaines de produits faisant référence au Ku Klux Klan et au suprématisme blanc dans les rayons virtuels des sites Amazon, Google et Wish. Des articles librement accessibles, que le public peut commander en quelques minutes seulement. Parmi ceux-ci, des ouvrages, affirme la BBC, qui évoque des livres « néo-nazis ».

L'Anti-Defamation League (ADL), organisation américaine de lutte contre les discours de haine, affirme que les sociétés concernées devaient « être en permanence au fait de ce que l'algorithme recommande » et que ce dernier devait « se voir inculquer la responsabilité » pour ne plus recommander à l'achat de tels produits. En effet, les articles nazis apparaissaient dans les recommandations d'achats, selon la BBC.

Évidemment, les différentes plateformes, sollicitées par la BBC, affirment que les produits en question ne sont plus disponibles, et que les vendeurs ont été sévèrement punis, ce qui reste impossible à vérifier. « Nous n'autorisons pas les publicités ou les produits vendus sur nos plates-formes qui promeuvent un contenu choquant ou incitent à la haine. Nous appliquons ces règles avec vigueur et prenons des mesures lorsque nous pensons que ces dernières sont enfreintes », a ainsi promis Google.

Aux États-Unis, en Allemagne ou au Royaume-Uni, donc, Amazon a déjà été épinglé pour des faits similaires : la vente libre d'ouvrages clairement néo-nazis, racistes, et incitants à la haine.
 
Dernièrement, c'est ainsi un livre destiné à la jeunesse, Der Giftpliz, que l'on trouvait sur Amazon. Celui-ci, écrit par Julius Streicher, a été publié pour la première fois en 1938 : dans ce contexte, il compare le peuple juif à des champignons toxiques, les amanites. Une métaphore antisémite, portée par un auteur qui soutenait ouvertement les thèses nazies : Amazon avait alors assuré qu'il était important « de donner accès à des discours écrits, y compris des ouvrages que certains peuvent trouver répréhensibles »...

Photographie : illustration, Newtown grafitti, CC BY 2.0


Commentaires
C'est une bonne chose que les médias mettent le doigt sur les contradictions entre la façade démocratique de ces multinationales et la réalité de leurs pratiques, non seulement sans scrupules mais souvent illégale et contrevenant à leurs propres règlements imposés aux particuliers selon une géométrie variable.

Mais il faudra sûrement des procès et des condamnations, avec des sanctions non anecdotiques, pour que les géants du Web se décident à prendre leurs responsabilités envers les peuples en matière de mise en oeuvre des droits humains.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.