Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Amazon et Waterstones, les conditions d'une alliance de circonstance

Clément Solym - 13.09.2012

Edition - Librairies - Waterstones - Amazon Kindle - partenaire commercial


Après plusieurs années de farouche résistance et de critique ouverte, James Daunt révélait en mai dernier que la chaîne de librairies britanniques dont il est le directeur général, Waterstones, distribuerait les Kindle d'Amazon en magasins. (voir notre actualitté) Une alliance étrange, dont quelques détails ont été dévoilés : après une réorganisation globale des librairies, les Kindle débarqueront bien, dès le mois d'octobre.

 2009_03_wk3_DSC02866

Gwydion M. Williams, CC BY 2.0

 

Pour Waterstones, la rentrée 2012 est doublement importante : d'abord parce que les ventes de livres risquent d'augmenter sous le coup des retours en salles de classe, mais aussi parce que la lecture numérique va faire son entrée dans les librairies de la chaîne. Contrairement à son homologue Barnes & Noble outre-Atlantique, Waterstones n'a pas développé sa propre offre numérique, ce que James Daunt n'a pas manqué de reprocher à ses prédécesseurs lors d'une conférence chez IPG.

 

Pendant tout l'été, les librairies Waterstones ont été rénovées ou réorganisées, générant des « dizaines de millions de pounds » de dépenses. Le premier risque, pour Waterstones, reste de devenir une vitrine pour le Kindle, avec des clients qui essayent les machines sur place, mais les achètent ensuite sur Amazon. (voir notre actualitté) « Travailler avec notre premier concurrent présente quelques difficultés » a admis Daunt, tout en soulignant que le contrat signé protégeait la société des « principaux pièges à ours ».

 

Néanmoins, des espaces de démonstration ont été aménagés dans la plupart des boutiques, et proposeront à l'essai Kindle Fire HD et autres appareils de lecture : mais ce n'est évidemment pas sur ce terrain que Daunt fonde ses espoirs. Il a fallu s'assurer que tous les Waterstones du pays disposent bien d'une connexion WiFi : en effet, le « More in store » (« plus sur place ») constituera le volet le plus alléchant pour la librairie.

 

Équipés de leur reader, les clients pourront ainsi découvrir quelques ebooks gratuits en se connectant au réseau Waterstones, et en se rendant sur Amazon. Le temps de lecture sera toutefois limité (l'offre similaire de Barnes & Noble n'autorise qu'1 heure de lecture), selon les accords passés avec l'éditeur. Quelques gadgets viendront renforcer cette offre, comme des fonds d'écran Waterstones à télécharger (!) ou des listes de best-sellers. Enfin, des packs papier-Kindle seront proposés aux clients, moyennant un surcoût minime. Et quand un client achètera un ebook sur son Kindle en magasin, Waterstones touchera sa part...