medias

Amazon France ferme pour éviter “un milliard €” d'amende par semaine

Nicolas Gary - 25.04.2020

Edition - Justice - Amazon France entrepôts - cour appel Versailles - milliard euros pénalités


« La décision […] nous conforte dans l’idée que l’enjeu principal n’est pas tant la sécurité que la volonté de certaines organisations syndicales de tirer parti d’un processus de consultation complexe avec des comités sociaux et économiques. » La Cour d’appel de Versailles, confirmant l’ordonnance de référé, interdit bien à Amazon de poursuivre une activité de distribution totale. Et la firme réagit.


EFAFLEX_Schnelllauftore CC 0


Il y a ce que l’on communique à la presse, et ce que l’on dit au public. D’un côté, le message sobre diffusé sur Facebook, de l’autre, une étrange analyse de la décision de justice. 

« Nous avons pris connaissance de l’issue de notre appel et restons perplexes face à la décision. Nous sommes en train d’en évaluer les implications pour nos sites ainsi que pour nos collaborateurs, pour les clients en France ainsi que pour les TPE et PME françaises qui comptent sur Amazon pour développer leur activité », indiquait ainsi Amazon sur ses réseaux. Position victimaire bien connue, stratégie de communication dont les détails établis par l’avocat américain avaient fuité dans la presse

Et en parallèle, une communication à destination des médias, avec une longue citation sans signature. Qui parle ? Amazon. Ce 24 avril, la Cour d’appel de Versailles a en effet confirmé l’ordonnance du 14 avril et impose « à la S.A.S. Amazon France Logistique de procéder, en y associant les représentants du personnel, à l’évaluation des risques professionnels inhérents à l’épidémie de Covid-19 sur l’ensemble de ses entrepôts ainsi qu’à la mise en œuvre des mesures prévues à l’article L. 4121-1 du Code du travail en découlant ».

Certes l’astreinte est passée d’un million d’euros à 100.000 € par jour, mais cette réduction de peine ne fait donc que conforter Amazon dans sa précédente décision de fermer les entrepôts. Pire, elle envisage qu’un « traitement accidentel de produits non autorisés de l’ordre de 0,1 % pourrait entraîner une pénalité de plus d’un milliard d’euros par semaine ».
 

Marketplace VS sécurité


Autrement dit, et bien que la firme le déplore pour « les milliers de TPE et PME françaises qui comptent sur Amazon pour développer leur activité », elle déclare la prolongation d’un arrêt du travail. Les centres de distributions français resteront fermés jusqu’au mardi 28 avril, le temps d’évaluer la situation, et la réaction à adopter. 

« Nos clients peuvent toujours commander plusieurs millions de produits auprès des entreprises indépendantes qui vendent sur Amazon et au travers de notre réseau logistique mondial », poursuit le message. 

Les salariés resteront donc chez eux. Et un baromètre Foxintelligence BFM Business — LSA indique que le chiffre d’affaires a perdu 20 % avec un recul des parts de marché de 36 % à 27 % sur la semaine du 13 avril. 

Raphaël Pradeau, porte-parole du groupe Attac, explique dans Marianne : « Amazon avait multiplié les communications et publicités depuis la première décision pour faire passer dans l’opinion publique l’idée qu’elle donnait priorité à la santé et à la sécurité de ses salariés. Elle a également fait un lourd chantage à l’emploi. Pourtant, il y avait de très nombreux témoignages démontrant que les gestes barrière n’étaient pas respectés dans ses entrepôts et que la sécurité des salariés n’était donc pas assurée. La justice française n’a pas été sensible à cette forte pression. »

De leur côté, les organisations syndicales « espèrent que la reconnaissance de l’indignité d’Amazon vis-à-vis de ses salarié-es en France bénéficiera à la défense des salarié-es d’Amazon dans le monde, comme aux États-Unis où les salarié-es étaient en grève hier ».


Commentaires
Pendant ce temps là,



- à Douai (Lewin Planque), il y a 3000 collaborateurs - moins 15 - qui veulent bosser, qui connaissent les conditions de travail plutôt très cadrées, que ni les juges, ni les (pseudo) plaignants n'ont entendu. Une pétition idoine pour la reprise faisait état d'un presque absolu consensus

- ailleurs, chez les concurrents qui pratiquent les mêmes activités, pas un mot, pas un seul. A se demander s'il n'ont pas réssusciter l'espionite engagée

- Aux US, il y a bien eu un débrayage de 300 "salariés", vite réglé. Faut dire 750 000 au chommage, ca ferait désordre.



M'enfin, les résus d'AMZ publié seront publiés le 30 avril, sont attendus les bouquins que nous avons commandé (indispo ailleurs !!!!!)....

Nous aviserons à l'avenir - toute chose égale par ailleurs - pour avancer avec une entreprise de haute technologie plutôt que reculer vers ces modèles d'ancien régime qui voudraient nous renvoyer au droit absolu, voir à la féodalité avec son servage.



Mais voilà le Ban à parlé.... et sa Cour a applaudi... Normal c'est Versailles et ses Lumières... et sa Cour a applaudi... un revival.





Arghhh l'exception française, son arrogance, son Pradeau, ses administrations et consoeurs... et ses très nombreux témoignages (Fake en ratio) ultra minoritaires, ses grévistes US (Fake / cf plus haut). Jamais sur le terrain, les mains dans le camboui... qu'il aille bosser à Lewin plutot que faire du blabla. Qu'ils y restent pour y mesurer combien leur propos et décisions sont appauvrissants et humiliants.





Affaire à suivre
Belle déclaration de la Direction d'Amazon, il y a de toute façon toujours un "jaune" pour prendre la défense de l'entreprise, qui le nez dans la merde, dira que cela sent la rose.
Amazon toujours un service impeccable depuis que j'y commande mes livres et de multiples autres objets. Le ciel vous tienne en joie !
L'efficacité d'Amazon est absolument exemplaire. Qu'elle ait des axes d'amélioration sur le plan social, c'est probable. Cependant sur le plan organisationnel, il me parait plus intelligent de s'en inspirer que de tenter de les anéantir. Que la vie vous soit agréable. Chacun a la charge de forger son propre bonheur.
Superbe réalisation que les pyramides d’Égypte. Architecture et organisation des chantiersn vu le résultat : un must. Oui, bien sur, il y a eu beaucoup de morts sur chaque chantier, mais bon le résultat valait le coup. Chacun à la charge de forger son propre bonheur mais il ne fallait surtout pas choisir d'être esclave, quoi, vous avez dit choisir ?????? sick sick sick
Les articles se télescopent ce matin. Dans les Echos Amazon explose sa valeur à 1200 Mds$ et domine le monde entier... saut un petit pays d'irréductibles...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.