Amazon inflige 500 € d'amende en cas de retard, prélevés sur les factures

Nicolas Gary - 27.11.2019

Edition - Economie - Amazon amende - Amazon dictature - Amaazon fournisseur pression


Les plaintes et doléances émanant de l’édition, et concernant Amazon, ne manquent pas. Les brusques méthodes du cybermarchand, quel que soit le territoire, font parfois peur. Mais il est aussi des mesquineries qui laissent pantois, quand la firme décide de démontrer sa toute-puissance.


 

Voilà deux ans, l’entreprise avait en effet décidé d’imposer à ses fournisseurs une ponctualité sidérante. Les camions de la distribution acheminant les ouvrages vers les entrepôts logistiques se voyaient imposer une sanction : en cas de retard de plus d’une demi-heure, 500 € d'amende. 

Le procédé a de quoi sidérer, et les structures éditoriales possédant une filiale de distribution ont pu en tomber de leur chaise en recevant l’email qui les avertissait. Parce qu’Amazon ne négocie pas : il alerte charitablement, puis instaure autocratiquement.
 

Perdre 500 € ou un camion ?


Le récit qu’en fait un responsable de grand groupe ne s’arrête cependant pas là : comme il devenait plus simple pour l’entreprise d’imposer son amende par autocompensation, les 500 € seraient prélevés directement sur la prochaine facture de l’éditeur. Si, si : admettons que c’est tout de même plus commode que d’attendre d’un fournisseur qu’il s’acquitte d’une amende passablement indue. Même si le procédé n'est pas tout à fait raccord avec les règles du commerce.

Bien entendu, tenter de répondre ou de protester suite à la réception de l’email n’avait aucun sens. ll s’agissait en effet d’un envoi automatisé par une adresse noreply, empêchant toute forme de discussion. Ou de négociation : on se souvient comment le diffuseur Makassar avait eu toutes les peines du monde quand Amazon a révisé d’autorité la remise à lui concéder. Le diffuseur passait ainsi de 40 % à 45 %, sans autre forme de procès.

Un mois après ledit email, le camion du distributeur se présente — à l’heure — devant l’un des entrepôts : devant lui, une douzaine d’autres véhicules attendaient. Manifestement le traitement des réceptions avait légèrement débordé les équipes. Or, malgré la ponctualité du chauffeur, Amazon est venu prendre les clefs du véhicule ainsi que le permis de conduire du chauffeur, pour qu’il ne puisse pas repartir.

Conclusion de l’orateur, qui restera anonyme pour d'évidentes raisons de confidentialité : « Donc, quand on est en retard, sans vous demander votre avis, ils prennent 500 €. Quand ils sont en retard, on vous prend votre camion. »
 
 
 

“Amazon n'est pas une bonne nouvelle”


Un exemple édifiant des « tensions constantes avec des gens qui ne respectent rien », souligne-t-il, considérant que les équipes dirigeantes en France se montrent très sympathiques, mais n’ont aucun pouvoir « et ne décident rien ». D’autant plus que l'anecdote ne concerne que le territoire français. Quand on observe l'acteur en position dominante outre-Atlantique, les histoires deviennent plus sinistres encore, mais laissent tristement présager de ce qu’il adviendra, d’ici quelque temps.

L’avenir ? « Ils vont mettre la pression sur leurs fournisseurs, encore davantage », poursuit-il. « Amazon n’est pas une bonne nouvelle », poursuit l'intervenant. Pourtant, Amazon compte parmi les revendeurs de livres, et devient donc l’un des clients des éditeurs. « On est alors partagé entre le consommateur et le citoyen : chaque fois que vous pouvez acheter ailleurs que chez Amazon, n’hésitez pas. »

Et de conclure : « Il y a des libraires. Même Fnac.com, c’est mieux. »


Commentaires
Juste pour contextualiser, la chaîne du livre va s'offusquer qu'Amazon abuse de son pouvoir en cas de retard, mais a toujours trouvé normal que les éditeurs abusent de leur pouvoir avec des retards qui se calculent en mois quand vient le temps de payer leurs auteurs... et ont déjà fait des « prélèvements » illégaux sur le chèque (de très nombreux auteurs se plaignent que le rapport « oublie » certaines ventes... semble-t-il qu'en 2019 beaucoup d'éditeurs ne sont pas capable d'exécuter sans erreur cette tâche administrative pourtant très simple).
Dans ce cas, ne mentionnez pas la chaîne du livre. Les libraires et diffuseurs n'ont rien à voir avec les droits d'auteur. Ils sont là pour les défendre chaque jour.
Évidemment que les libraires et diffuseurs n'ont rien à voir avec les droits d'auteur. Je parlais de leur capacité de s'offusquer face à certaines pratiques commerciales inacceptables. On demande aux auteurs d'être solidaires des libraires et diffuseurs face à Amazon, quitte à dénoncer le prix littéraire qui aura l'affront d'inclure un auteur publié par Amazon dans sa sélection, mais on se désintéresse totalement des raisons qui poussent certains auteurs vers Amazon.
Tout à fait d'accord avec vous !
Moi, j'ai pas ce problème de livre car je n'ai plus eu envie de lire depuis 43 ans. Donc un client de moins pour à ma zone.
Puisque vous parlez de l’ogre Amazon, j’ai une bonne nouvelle (une mauvaise pour moi qui vis aux États-Unis) : on ne peut acheter de livre français numérique (lisible sur son appli Kindle) sur son site français si on ne réside pas en France mais on peut acheter un livre papier, dont les frais d’expédition doublent le prix...

J’aimerais bien savoir en vertu de quelles règles ; je soupçonne que ce n’est pas la faute d’Amazon.
nous payons aussi les FDP (mais pas les douanes) quand nous commandons sur les divers Amazon Européen, quand nous commandons depuis les USA c'est les 2 (douanes et FDP) augmentant forcement le prix mais nous avons la cagoterie livres en Anglais.



Amazon ne doit pas pouvoir offrir à l'international les FDP
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.