Amazon joue à l'éditeur... Joue ? Vraiment ?

Clément Solym - 06.04.2011

Edition - Société - amazon - editeur - contrat


En prenant part à des enchères d'ordinaire réservées aux éditeurs, Amazon a frappé fort. C'est que, rafler la mise pour une auteure autoéditée qui s'était fait connaître en commercialisant ses livres sur Kindle, c'était fort.

Et le cybermarchand ne s'est pas vraiment fait des amis, puisqu'il a renchéri avec un plus gros chèque encore. Un mouvement d'une rare agressivité ? Pas tout à fait. Amazon avait déjà raflé des enchères pour un ouvrage de Rowling, les contes de Beedle le barde. Mais c'était pour la bonne cause, l'humaniste. « Nous sommes extrêmement heureux d'annoncer qu'Amazon a acheté les Contes de Beedle le barde lors d'une vente aux enchères qui se tenait chez Sotheby's à Londres », assurait Jeff Bezos, le grand manitou. (notre actualitté)

Heureusement que Rowling n'est pas fan de livres numériques, sinon la première grande vague aurait pu commencer d'ores et déjà avec cet ouvrage.

Petite explication

Le rachat des quatre livres qu'Amanda Hocking devait publier chez un éditeur papier standard seront donc vendus en exclusivité sur l'environnement Kindle. Et Amanda a déjà un lectorat solide puisque ses neuf petits livres se sont vendus à plus d'un million d'exemplaires, sans publicité, ni autre chose qu'un blog...

D'autant que, pour s'assurer de vendre du papier, le livre sera coédité avec Houghton Mifflin Harcourt, pour une présence dans les librairies de la concurrence, Barnes & Noble... L'éditeur Saint Martin's Press qui avait remporté l'enchère avec un chèque de 2 millions $ s'est fait griller la politesse. De quoi montrer clairement la tendance future et les projets éditoriaux que le marchand peut avoir dans les cartons. (notre actualitté)

Et pour demain, vous faites quoi ?

On pourrait résumer très simplement les choses : d'abord, acquérir le statut entier d'éditeur, puis assurer la vente de ses ouvrages (qui sont déjà de futurs best-sellers) en papier et numérique - avec une exclusivité pour ce dernier format. Ensuite, proposer des droits d'auteurs à la hauteur de 70 % - donc intouchables, quand on les compare aux 25 % maximum que reçoivent les auteurs étatsuniens en moyenne...

Pas banal, cette affaire, pas banale...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.