Amazon livrera désormais Manhattan en moins d'une heure, en vélo

Clément Solym - 24.02.2015

Edition - International - Amazon Prime - service livraison - clients Manhattan


Le service Prime d'Amazon poursuit l'extension de la lutte avec un nouveau domaine : désormais, tout Manhattan pourra être livré en une heure, pour tout et n'importe quoi. Donc : livres compris. Depuis la fin de la semaine dernière, le cybermarchand affûte ses outils pour occuper le terrain, sans contestation possible. 

 

 

 

 

Amazon vient d'emménager dans des bureaux, situés à Brooklyn Heights, et plusieurs autres endroits de la ville, mais les délais de livraison étaient encore évalués à deux heures. Sauf qu'en deux heures, la livraison est gratuite pour les abonnés au service Prime. Avec le service Prime Now, il faudra compter 7,99 $ supplémentaires afin de recevoir shampoing, jouets, piles ou livre dans les 60 minutes qui suivent la commande. 

 

Le tout sera opéré sans drone, ce qui permet à la firme de ne pas se retrouver avec les autorités new-yorkaises sur le dos. La couverture géographique est encore assez limitée du fait que ce sont des cyclistes qui assurent le service – et pourquoi pas, ajouter une corde à son arc, en déployant un outil de service de presse pour les journalistes, en livrant les ouvrages aux rédactions ?

 

Pour accéder au service Prime, les clients doivent payer 99 $ annuels, et peuvent passer par leur smartphone pour les commandes. Envahir Manhattan avec une armada de coursiers qui arpenteront l'asphalte à vélo signifie que toute la ville sera prochainement peuplée de jeunes gens avec un joli tee-shirt jaune au large sourire. 

 

Une partie des 44.000 m² dont Amazon dispose sur la 34e rue servira également d'entrepôt, pour venir récupérer les colis à livrer. D'autres zones géographiques de la ville sont bien entendu dans le viseur de la firme. 

 

Chose amusante, la chaîne de librairies allemande Osiander avait vanté l'efficacité de ce système de livraison en vélo, à Francfort, en octobre dernier. Les libraires indépendants, première inspiration d'Amazon ?

 

(via Mashable)