Amazon menace la liberté intellectuelle

Clément Solym - 16.03.2012

Edition - Les maisons - Amazon - IPG - Bruce Milligan


La politique agressive menée par Amazon dans le secteur de l'édition, papier comme numérique, a des conséquences néfastes, comme beaucoup l'ont constaté, sur les éditeurs, les distributeurs, les auteurs et les librairies, bref, tous les acteurs du marché indépendants qui ne suivraient pas ses directives.


Parmi les plus touchés, les éditeurs indépendants, à l'instar de Bryce Milligan qui gère Wings Press au Texas. Sa maison fait partie de l'Independent Publishers Group, et ses ebooks ne sont par conséquent plus disponibles sur Amazon.com, suite à un désaccord en l'IPG et Amazon (notre actualitté).

 

Le problème, c'est qu'Amazon est bien un cybermarchand de taille sur le marché :

 

« Imaginez que Wal-Mart contrôle tout ce que vous mangiez, et décide d'arrêter de vendre du poisson parce qu'il estime que les poissonniers font trop de profits » explique Bryce Milligan sur le blog Americaneditor. « Amazon est le Wal-Mart de la vente de livres en ligne. Le conflit entre Amazon et l'IPG va affecter tous les personnes du monde littéraire en Amérique. C'est un  problème qui se pose au cœur de ce que les bibliothécaires ont appelé « la liberté intellectuelle ». En d'autres termes, le règlement de ce litige, d'une façon ou d'une autre, affectera l'accès de chaque américain à certains ouvrages. Il affectera votre liberté de choisir ce que vous voulez lire. »

Il est vrai que les restrictions d'accès à certains ouvrages sont en général politiques, à l'instar des nombreux ouvrages latino-américains récemment censurés par le district scolaire de Tucson aux États-Unis (notre actualitté). Mais avec Amazon, la censure n'est pas politique, mais capitaliste, et donc beaucoup plus difficile à combattre, selon l'éditeur, qui affirme avoir vu ses ventes baisser de 40% depuis que ses titres sont « indisponibles » sur Amazon.com. Une perte pour l'éditeur, pour l'auteur, pour les lecteurs comme pour le livre. Et que se passerait-il si Amazon refusait de vendre des classiques ? Une situation de monopole effectivement inquiétante pour la littérature.

 

 

 

 

L'objectif d'Amazon, selon Bryce Milligan, est tout simplement de supprimer tous les intermédiaires entre les auteurs et les lecteurs (éditeurs, distributeurs, libraires) et encourage pour cela à recourir à ses services d'autoédition.

 

 « L'idée est d'attirer les auteurs loin des éditeurs qui les auraient aidé à perfectionner leur travail, alors qu'eux-mêmes vivent de ces livres qu'ils adorent. Même les critiques littéraires les plus modestes ont été remplacés par des lecteurs-critiques semi-anonymes. Tous ces gens sont des personnes qui maintiennent la culture littéraire », explique l'éditeur.

 

La concurrence dans les affaires n'est pas forcément une mauvaise chose, mais quand elle devient un « massacre corporate », il est temps d'agir selon lui, pour éviter de se faire exterminer par cet « astéroïde mortel » qu'est Amazon. Comment ? En achetant chez les indépendants, petit moyen de résistance, pour l'instant. 

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.