medias

Amazon ouvre les vannes de ses sites aux clients australiens

Clément Solym - 26.11.2018

Edition - Economie - Amazon Australie commerce - internet vente Australie - géoblocking Australie ecommerce


Le cybermarchand avait prévu d’inonder internet, à l’occasion du Black Friday, et cela n’a pas manqué. Alors que les Australiens étaient interdits d’accès à la plateforme américaine et aux sites internationaux, le géant a modifié ses conditions de vente. Et l’Australie peut donc se ruer sur Amazon, partout dans le monde.


I'm a little rocket ship
 Buildings à Melbourne - Jes, CC BY SA 2.0
 

La version locale Amazon.au avait ouvert en avril 2017, et, jusqu’à lors, les clients étaient conscrits à cette seule version. Mais juste à temps pour assurer la réussite de son Black Friday, Amazon apporté une modification à ses facturations. Cette dernière lui permet de se conformer aux lois australiennes sur la collecte de la TVA.

En effet, la législation impose une taxe de 10 % sur les produits achetés en ligne, d’une valeur inférieure à 1000 $ AU. 

La pression exercée par les clients a poussé l’entreprise à changer son fusil d’épaule, indique Daniel Mueller, chargé du management, à l’agence Reuters. D’après les données communiquées, la version australienne d’Amazon ne représente qu’un neuvième de la taille de son homologue américain, en regard de son offre. 

En outre, Amazon avait choisi de n’ouvrir sa boutique qu’avec des ventes de Kindles et de livres numériques, en décembre 2017. Comme pour ruiner le Noël des libraires. Depuis juillet 2011, Amazon passait par sa filiale en ligne The Book Despository pour ce business, mais avait choisi l’an passé de lancer pour de vrai ses produits phares.

Tout le problème de cet élargissement de l’offre vient de ce que le pays a instauré un modèle très strict pour l’importation de livres. En effet, les éditeurs disposent d’une période de 30 jours pour acheter les droits et commercialiser les titres américains ou britanniques. Au terme de cette période, les libraires ont le droit de se fournir directement chez les maisons mères pour alimenter leur boutique.

Or, avec un accès large à l’offre de titres Kindle, Amazon avait déjà fait mal à l’interprofession l’an passé. Cette année, les conséquences pourraient être autrement plus significatives.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.