Amazon, paye-moi avec PayPal, sinon je perds de l'argent !

Clément Solym - 20.02.2012

Edition - Economie - Amazon - Kindle Direct Publishing - Autoédition


Les petits auteurs autoédités avec Kindle Direct Publishing ont la désagréable impression d'être les dindons de la farce. Une auteure australienne a récemment exposé le détail de ses rémunérations, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'en ressort pas franchement gagnante.

 

Elle a confié avoir reçu deux chèques pour ses livres vendus via Amazon. Le premier d'un montant de 56 $ et le deuxième de 17 $. Rien d'extraordinaire donc. Mais plus intéressant encore, encaisser chacun de ces chèques lui coûte 25 $.

 

Donc après un calcul aussi rapide qu'efficace, elle a vendu à peu près 250 livres mais n'en a retiré que 23 $. Et ce, avant la conversion en dollars australiens.

 

 

La solution pour les auteurs comme Sarah Billington serait le paiement en PayPal. Vous savez, ce paiement qui revient à disposer d'un compte virtuel, pour acheter sur des sites comme eBay par exemple.

 

Et les auteurs d'Amazon sont de plus en plus à revendiquer ce système, prenant en exemple ce qui se passe sur Smashwords. La plateforme vient d'ailleurs de dépasser les 100.000 publications autoéditées la semaine dernière.

 

Sa pétition est en ligne sur Change