“Amazon pourrait suffire, mais une librairie, une bibliothèque, c'est la rencontre”

Nicolas Gary - 22.09.2018

Edition - Société - festival livre suisse - Sion médiathèque Valais - Amazon librairies bibiothèque


Connue pour ses pistes de ski, devenant espaces de randonnées durant les périodes sans neige, la ville de Sion (canton du Valais, Suisse) accueille la troisième édition de son festival littéraire. Pleinement dédiée au livre suisse, cette manifestation s’opère en partenariat avec la Fondation pour l’écrit et le Salon du livre de Genève. 

 

Médiathèque Valais
fresque de la médiathèque Valais - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Lors de son édition 2018, le salon du livre de Genève accueillait le canton du Valais comme invité d’honneur, aux côtés de la ville de New York. Un espace remarqué, tout de bois et de promesses tenues pour le palais (ah, l’abricotine..!). Jacques Cordonier, chef du Service de la Culture du canton du Valais, avait alors coordonné cette invitation. Fort logiquement, il était présent à l’inauguration du Festival du livre suisse, à Sion, avec cette année pour thématique Terre de voyage.

 

C’est à la médiathèque Valais que les festivités auront cours durant tout le week-end. L’occasion pour lui de rappeler que certes la vente en ligne a son petit mérite, mais tout de même… « Bien sûr, Amazon pourrait suffire. Mais enfin, il n’offre pas tout cela », explique-t-il à ActuaLitté, en embrassant la médiathèque d’un large mouvement de bras.

Avant les discours officiels, un ouvrage particulier en ces lieux avait attiré l’attention d’un visiteur, raconte-t-il. Il s’agit d’un livre de recettes proposant 52 variations autour de la fondue. « Cette personne que je ne connais pas, et qui m’avait entendu parler du livre, s’approche de moi, et avec un superbe accent britannique me dit : “Moi, la fondue que je préfère, c’est celle qui est au cheddar avec du cidre.” Et nous nous sommes mis à discuter. En commandant chez Amazon, on ne connaîtra jamais cela. »

 

Et de poursuivre : « La nécessité de librairies, de bibliothèques, de médiathèques, c’est qu’au-delà de l’efficacité d’achat ou d’emprunt, on va découvrir des choses que l’on n’avait pas cherchées, en découvrant des gens. »

 

Métro, Empire State Building, livres :
c'est New York à Genève

 

La médiathèque Valais dispose d’ailleurs d’un espace de restauration insolite — autant que délicieux. « C’est le point essentiel, comme la cafétéria du CERN, le centre de recherche nucléaire peut l’être. Je suis certain que c’est là que se cristallisent les découvertes, avec tout le travail des ingénieurs en amont. Un espace ouvert, où la rencontre humaine peut se produire, offre une opportunité que, derrière un écran, on n’éprouvera pas. Ou dans une bien moindre mesure. »

 

Et que ce soit pour le livre, la musique ou bien d’autres oeuvres culturelles. 

 

Médiathèque Valais
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Quant à la présence du Valais au salon de Genève, elle aura permis de porter plus qu’une image de marque. « J’avais plaisanté, sur cette invitation de New York et du Valais, en disant qu’au moment où Genève, au XVIe siècle, publie la pensée de l’Europe et rayonne avec ses publications, New York et le Valais n’avaient pas de presse à imprimer. Un point commun amusant ! Elles ne sont en effet arrivées qu’au milieu du XVIIe dans le canton. »

 

Faire fructifier désormais la culture, et pas simplement les pistes de ski ou la gastronomie — ah, l’abricotine, bis... – autant que la création artistique, « c’est tout l’objet de notre action. En nous rendant à Genève, nous avions deux intentions : montrer au reste de la Suisse que nous n’avons pas que des montages à arpenter, mais également des artistes, et en l’occurrence des écrivains ».


Jacques Cordonnier
Jacques Cordonier - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Le second point, par retour de boomerang, est venu de la presse : « Les gens du Valais, en découvrant l’activité littéraire dans la presse ou la télévision d’auteurs issus de leur territoire, ont pris conscience d’un changement. La culture du Valais, ce n’est plus tout à fait la même qu’une ou deux générations plus tôt. »

 

Et cerise sur le gâteau, et totalement imprévue, « les écrivains ont fait communauté, d’autant plus qu’il y avait un grand nombre de rencontre et d’événements. Ils ont eu le sentiment d’appartenir à un groupe, avec une présence, une identité. Pour nous, cet inattendu est fondamental : avant l’artiste valaisan s’exilait, parce qu’il manquait peut-être le terreau pour qu’il s’épanouisse ».

 

 

ActuaLitté est partenaire du Salon du livre de Genève. 




Commentaires

Pas besoin de bibliothèques ni des librairies, merci YouTube (beaucoup plus de découverte grâce à YouTube qu'en 20 ans de librairies).

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.