medias

Amazon Premium responsable des baisses de marge du marchand

Clément Solym - 20.01.2012

Edition - Economie - Amazon - Bailey - Premium


Amazon ne fait plus de marges sur les ventes de ces produits, et connaît depuis fin octobre une chute de la valeur de ses actions, plus de 20 % en 4 mois, une chute non sans liens avec le lancement du Kindle Fire (notre actualitté). 

 

Dans un article publié sur Paidcontent, Jeff Bailey de la société d'analyse financière Y Charts analyse les conséquences économiques de l'offre Premium du cybermarchand. 

 

« Appelez ça Amazon Premium ou n'importe quelle autre promotion dans les services de livraison dont l'entreprise s'est servie pour augmenter ses ventes ces dernières années, c'est un accaparement des parts de marché sur lequel Amazon est non seulement prêt à réduire ses profits, mais aussi à perdre de l'argent sur ses ventes additionnelles », explique Jeff Bailey.


Les frais de port nets d'Amazon (le montant des services de livraison aux clients financé par Amazon pour les encourager à acheter plus) se sont élevés à 82% au cours des trois premiers trimestres de 2011, à 1,5 milliard de $. Si ce taux de croissance continue au dernier trimestre, les frais de port net d'Amazon s'élèveront à environ 2,5 milliards de $ au total, selon Y Charts. 


 

 

 

Les revenus ont augmenté de 44 % durant les trois premiers trimestres, entraînant ainsi la baisse du revenu net de 38 % les neuf premiers mois de 2011, à 454 millions de $, un montant de 99 cents par action diluée.


Selon Jeff Bailey, la bourse semble indifférente à la compression des marges d'Amazon, alors que sa baisse en valeur laisse la quantité de P/E à 100. Il affirme que les investisseurs se préoccupent davantage de la croissance des revenus, qui est largement due au service Premium.


Si Amazon trouve le moyen de maintenir la croissance de ses ventes tout en freinant ses primes sur ses frais d'expédition, les transactions en actions vont diminuer aussi rapidement que les profits grimperont.

 

« Dans tous les cas, observer Jeff Bezos et son équipe de management en 2012 sera fascinant », conclut Jeff Bailey.