Amazon, principal vendeur des ebooks de Hachette - 60 % aux USA

Nicolas Gary - 12.06.2014

Edition - International - Hachette Book Group - Amazon ebooks - parts marché


La diapositive est implacable : 60 % des ventes numériques du groupe Hachette sont réalisées sur la plateforme Amazon US, et 78 % pour le territoire britannique. Définitivement, le revendeur n'est plus un acteur comme les autres. Un mémo récapitulant l'ensemble de l'activité de la société a été diffusé, présentant l'intégralité du groupe international, et dévoilant, pour la première fois, les données de vente selon les plateformes ebook.

 

 

Siège Hachette Livres

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

La présentation n'a certainement pas été diffusée de bon coeur, mais elle montre combien les relations entre Hachette et Amazon, sur le domaine numérique, sont importantes. Et surtout, que les autres acteurs sont relayés à quelque clopinettes : Apple ne réalise que 13 % aux USA et 12 % au Royaume-Uni, Barnes & Noble représente 19 %, Kobo 5 % sur le territoire britannique. 

 

La part d'Amazon dans le chiffre d'affaires numérique du groupe pousse à la conclusion suivante : « Les éditeurs sont maintenant aux prises avec des acteurs technologiques géants, qui disposent d'un pouvoir de négociation considérable » mais surtout, qui « ont une logique économique différente des détaillants traditionnels ». 

 

 

 

Les perspectives du groupe sont une stabilisation du marché numérique aux alentours de 25-35 % pour les États-Unis et 35 % pour le Royaume-Uni, et de 10-15 % pour la France d'ici 2017. Or, depuis 2007, arrivée du Kindle et donc du marché numérique, Hachette tentait de renforcer ses positions pour éviter « une position dominante dans la chaîne de valeur », par le développement du plus large réseau possible de clients, au travers de sociétés internationales.

 

D'ailleurs, le groupe considère que la concentration sera inévitable désormais, à l'image de la fusion Penguin Random House, pour que surgissent des structures plus importantes. « Les éditeurs ont besoin de poids et de muscles, afin de garder le contrôle sur les relations avec les auteurs, la tarification et la distribution », assure Hachette.

 

Pour ce faire, et face à la concurrence, Hachette est ouvertement à la recherche de nouveaux best-sellers, avec des achats de droits internationaux, et surtout, va poursuivre ses investissements dans des structures porteuses, afin de grossir sur le territoire américain.   

 

Reste que ce document, pour intéressant qu'il soit, n'entre pas moins dans un contexte très spécifique de conflit commercial entre Amazon et Hachette Book Group. Il expose alors clairement les dangers que rencontre l'éditeur face au revendeur - mais ne dédouane ni l'un ni l'autre dans leurs responsabilités.

 

Nous reviendrons plus en détail sur certains éléments de ce document, qui méritent un éclairage spécifique. (via Publishers Lunch)

 

Le document est disponible sur cette page chez Lagardère