Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Amazon Publishing : de la désinformation pour jouer les outsider ?

Julien Helmlinger - 28.10.2013

Edition - International - Amazon Publishing - Larry Kirshbaum - Daphne Durham


Le remplacement de Larry Kirshbaum au sein d'Amazon Publishing, en raison de son départ programmé l'an prochain, par la rédactrice en chef Daphne Durham, nommée dans la foulée de la première annonce, suscitait quelques questions. Pour la plupart des commentateurs, le départ refléterait l'échec de l'activité d'édition du bureau de New York, notamment une incapacité à trouver de véritable best-seller. Une hypothèse qui aurait pu sembler corroborée par le déplacement de la direction à Seattle... si nous n'étions pas à l'ère d'internet.

 

 

 Ruse de Sioux pour les rivaux de la côte est ?

Lucky Luke

 

 

Le PDG du groupe Hachette Livres, Arnaud Nourry, avait eu cette réflexion sur  l'activité éditoriale d'Amazon, « c'est une tentation que les retailers ont, avec peu de succès » et surtout, cela n'inquiète par le patron de Hachette, attendu qu'Amazon publie quelques centaines de nouveautés aux États-Unis contre mille dans le groupe. Finalement, la production est pour l'heure, assez inexistante.

 

Si certains journalistes s'étonnaient que la direction d'une maison d'édition américaine ne soit pas basée à New York, comme le fait remarquer the Digital Reader, c'est parce qu'il se sont référés à une tradition d'un autre temps de l'industrie, avant l'essor du web qui permet de tout gérer à distance pour peu que l'on soit muni d'une bonne connexion et à portée raisonnable d'un aéroport.

 

En outre, si le mouvement de ressources humaines a parfois été présenté comme fait au pied levé, à y regarder de plus près la remplaçante basée à Seattle, Daphne Durham, a tout de même à son arc quelque 14 années d'emploi au service d'Amazon. Elle a débuté comme assistante dans l'achat de livres jusqu'à devenir éditrice de titres destinés aux marchés adulte comme jeunesse. L'intéressée possède une expérience certaine de la vente et devrait en conséquence savoir quels titres sont susceptibles de se vendre.

 

Dirigée par un outsider de l'industrie plutôt que par un ténor, la maison Amazon Publishing n'en serait pas mise sur la touche pour autant. Et The Digital Reader pose la question de savoir si le manque d'informations publiées pour justifier le départ de Kirshbaum ne serait pas une désinformation délibérée afin de laisser entendre au monde professionnel que son projet est un échec. A suivre...