Amazon se défend de nuire à l'édition et aux revenus des auteurs

Maxim Simonienko - 18.01.2019

Edition - Economie - rapport authors guild - baisse revenu auteurs - amazon défense rapport


Le 16 janvier 2019, Amazon a qualifié de fausses les conclusions d’un récent rapport sur les revenus des auteurs américains. L'Authors Guild, la plus ancienne organisation d'auteurs américaine, a suggéré que la domination du géant de la vente en ligne pourrait être en partie responsable de la crise qui affecte les écrivains américains. 
 
Amazon Publishing - London Book Fair 2018
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 
 
Le rapport de l'Authors Guild, publié la semaine dernière, a mis en évidence le fait que le revenu médian des auteurs, pour leurs activités liées à l’écriture, était tombé à 6080 $ en 2017, en baisse de 11 % par rapport à 2013 et de 42 % par rapport à 2009.

Soulevant « des inquiétudes sérieuses sur l’avenir de la littérature américaine », l'organisation a blâmé la domination d’Amazon : « Amazon fait pression sur les [éditeurs] pour réduire les coûts et impose un pourcentage élevé de frais de marketing, obligeant les éditeurs à répercuter leurs pertes sur les auteurs. »

Amazon a rapidement contesté les conclusions du rapport dans un communiqué, en avançant que les auteurs du rapport avaient « reconnu qu'il existait des différences significatives entre les données comparées dans leur enquête récente et celle des années précédentes, notant que “les données ne sont pas cohérentes” ».

« Comme le dit l'Authors Guild sur son site, la dernière enquête ne correspond pas parfaitement aux données de nos précédentes enquêtes, car nous avons interrogé un groupe beaucoup plus large en 2018, ce qui, à notre avis, était important pour obtenir une image représentative de la situation de l'auteur aujourd'hui. Cela ne rend pas les conclusions “erronées ou contradictoires” […]. Nous pensons que les données indiquent une baisse générale des revenus pour les auteurs publiés dans leur ensemble, ainsi que pour les membres de la Guild » s'est défendue Mary Rasenberger, la directrice générale de l'Authors Guild.
 

Des hausses ponctuelles, mais une baisse globale


L'enquête indique que les revenus ont augmenté de près de 17 %, pour atteindre 10.150 $, pour les auteurs publiés de manière traditionnelle et de 89 % pour les auteurs autopubliés, pour atteindre 3400 $. Les auteurs à plein temps, de leur côté, ont vu leur revenu médian augmenter de 13 % depuis 2013 (atteignant 12.400 $). Néanmoins, la hausse de 17 % du revenu des auteurs publiés traditionnellement, souvent soulignée par Amazon, est à relativiser. Elle n'incluait pas l'ensemble des auteurs interrogés, mais uniquement ceux qui avaient publié des livres et gagné de l'argent entre 2013 et 2017.

Les revenus médians de l'auteur, 2013 par rapport à 2017, selon les méthodes de publication
 

« Comme nous l'avons expliqué à Amazon et sur notre site Web, si vous incluez tous les auteurs interrogés, y compris ceux qui ont publié pour la première fois depuis 2013, le nombre est inférieur : les revenus annuels médians de toutes les sources liées à l'écriture sont de 6080 $ (en 2017) contre 8170 $ (en 2013) » a précisé Mary Rasenberg.

Bien que la firme dirigée par Jeff Bezos ait également mis en avant le revenu total moyen des auteurs américains, actuellement de 43.247 $ par an, l'Authors Guild affirme que ce chiffre était faussé par les auteurs les mieux vendus et ayant répondu à l'enquête. Seul le revenu médian était en mesure de rendre compte de la situation économique réelle des écrivains aux États-Unis. D'autant plus que les hauts revenus sont en général « très peu nombreux » dans ce secteur.

« Les principaux résultats de l'enquête révèlent que les répondants qui se sont identifiés comme auteurs de livres à temps plein ne gagnaient qu'un revenu médian de 20.300 $, bien en dessous du seuil de pauvreté aux États-Unis pour une famille de trois personnes ou plus. Ce fait devrait susciter certaines inquiétudes », a déclaré la directrice générale de l'Authors Guild.

« En outre, les revenus de tous les auteurs ont diminué de 21 %, passant de 3900 $ en 2013 à 3100 $ en 2017 [correspondant au revenu médian annuel lié strictement au livre, toutes catégories d'auteurs publiés confondus, NdR]. »
 

D'autre part, les résultats ont révélé que dans l'ensemble, les auteurs autopubliés gagnaient davantage, mais toujours 58 % de moins que les écrivains publiés traditionnellement. « Cela suggère que les auteurs [...] arrivent de mieux en mieux à trouver des moyens de générer un revenu supplémentaire lié à leur écriture », a conclu Mary Rasenberg.

En somme, que les auteurs autopubliés, face à la baisse des revenus strictement liés aux ventes de leurs livres, se sont diversifiés dans les activités liées à l'écriture.


via The Guardian



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.