Amazon, 'seule société à encourager la concurrence' pour les auteurs indés

Clément Solym - 31.05.2012

Edition - Justice - Amazon - Joe Konrath - défense de la concurrence


La boîte aux lettres de Mr. Read, chef de la section Antitrust du Department of Justice américain, ne désemplit pas : après une lettre de Mike Shatzkin, figure de l'édition, pour la défense du prix unique, (voir notre actualitté) Joe Konrath, auteur de « 46 livres publiés traditionnellement, et 2 publiés par Amazon », a à son tour sorti plume et encrier, mais pour défendre Amazon, « la seule société qui encourage [la concurrence] ».

 

S'excusant pour son langage « relâché, vulgaire et accusateur », Joe Konrath n'en présente pas moins une longue lettre exposant différents arguments, tous clairement en faveur d'Amazon dans le procès du DoJ intenté à cinq des six Big Six, les éditeurs traditionnels outre-Atlantique, pour avoir conclu une entente sur le prix des ebooks sur une initiative d'Apple.

 

 

« Je suis bien conscient que le coeur de l'initiative du DoJ repose sur l'entente, et non sur les tarifs élevés. Mais il est évident que la stratégie de l'industrie traditionnelle de l'édition repose sur le maintien des prix du livre numérique à un niveau élevé, pour éviter que les ventes de ses derniers ne cannibalisent les marges importantes tirées de l'édition papier » explique Konrath, qui n'a jamais fait mystère de son amour du système d'autoédition mis en place par Amazon. (voir notre actualitté)

 

Joe Konrath rappelle ensuite que des prix trop élevés retardent, voire limitent l'adoption du nouveau support technologique que représente la lecture numérique : « c'est évidemment très regrettable pour les consommateurs, spécialement pour ceux qui ont de faibles revenus » souligne l'auteur qui a notamment créé le personnage du lieutenant Jaqueline « Jack » Daniels.

 

À lire aussi :

Antitrust : Le procès du livre numérique aux États-Unis

 

Enfin, Jack Konrath réserve le gros de ses munitions aux sociétés représentant les auteurs, la Author's Guild et l'Association of Author's Representatives, « qui prétendent défendre les auteurs, mais travaillent en fait pour les éditeurs ». (voir notre actualitté) Pour relever les « vraies » réactions des auteurs au procès Apple/Big Six, Konrath conseille plutôt de se référer aux commentaires postés sur son blog, citant l'un deux : « Pourquoi les Big Six n'ont-ils eu aucun problème avec Amazon lorsqu'ils ont réduit considérablement le prix des livres papier, et quand Amazon le fait pour les livres numériques, la concurrence est soudain mise en danger ? »