Amazon supprime les critiques de livres faites par des auteurs "compatriotes"

Clément Solym - 06.11.2012

Edition - Justice - amazon - critiques - auteurs


Il y a quelques mois se déclenchait une guerre des auteurs sur internet, autour du principe (et du scandale) de sock puppet. C'est-à-dire prendre un pseudonyme pour faire l'apologie de ses propres romans, et massacrer ceux de la concurrence (voir notre actualitté). Depuis, Amazon aurait supprimé une vague de commentaires critiques concernant l'ouvrage de plusieurs écrivains, comme une réponse à ce scandale.

 

 

 

 

Des auteurs comme Joe Konrath et Steve Weddle ont rapporté vie leur blog que certains de leurs commentaires ont été tout simplement retirés d'Amazon. Et ils ne sont pas les seuls : nombre de forum sont envahis par les discussions autour de ces disparitions de commentaires critiques.

 

« J'ai jeté un coup d'œil aux commentaires que j'avais écrit, et j'ai vu que plus de 50 d'entre eux avaient été enlevés ; des commentaires que j'avais faits pour mes pairs.  Je ne lis pas les avis que les gens me donnent, mais je garde la trace du nombre et une moyenne, et j'ai aussi perdu une bonne quantité de commentaires », déclare Konrath, « un ancien défenseur d'Amazon qui a publié ses nouvelles sur le Kindle ».

 

Les écrivains pensent qu'il s'agit d'une « réponse » d'Amazon suite aux révélations scandaleuses qui ont été faites en septembre, montrant que des auteurs affichaient des commentaires positifs de leur propre travail sous des pseudonymes et n'hésitaient pas à en écrire des négatifs à leurs compères. C'est ce qui avait alors conduit des auteurs comme Ian Rankin, Val McDermid et Roger McGough à signer une lettre « condamnant ce comportement, et s'engageant à ne jamais utiliser de telles pratiques ».

 

Quant à la « réaction » actuelle d'Amazon vis-à-vis de certaines critiques, elle n'est pas bien appréciée par une large communauté d'auteurs qui jugent celle-ci « inappropriée, liée à une affaire ridicule de panique morale injustifiée, et une énorme erreur ». Aucun ne voient là une amélioration du système de contrôle.

 

Weddle estime également que le geste d'Amazon n'est pas celui qui règlera réellement le problème. « Le problème, avec le scandale de « sock puppet », c'est qu'Amazon s'est rendu compte que des auteurs examinaient leurs propres livres. Ils ont donc tenté de corriger cela en interdisant les auteurs d'examiner des livres d'autres auteurs. C'est juste créer un nouveau problème », déclare-t-il au Guardian. « En tant qu'auteur qui a pu avoir des histoires regroupées dans plusieurs anthologies, je ne suis pas autorisé à critiquer un livre si j'ai partagé de l'espace littéraire avec un autre auteur ? Si j'ai pris un verre avec un auteur compatriote au bar Bouchercon, je ne peux pas dire que j'ai aimé son livre ? »

 

Tel est le nouveau problème que pose aujourd'hui Amazon en interdisant les critiques d'écrivains, en général.

 

« Je ne pense pas qu'ils aient nécessairement décidé d'agir à la suite de notre lettre », stipule Duns. « Il semble que ce pourrait être une nouvelle tentative pour réprimer les auteurs qui s'offrent des critiques de leurs ebooks afin qu'ils augmentent leur classement des ventes, en soulevant leur visibilité sur Amazon ». Pour le moment, Amazon n'a fait aucun commentaire.