Amazon : toujours plus d'argent, toujours peu de bénéfices

Clément Solym - 28.10.2016

Edition - Economie - Alexa colonne robot - Jeff Bezos Amazon - résultats financiers 2016


Les ventes du géant américain ont encore augmenté, au cours du troisième trimestre, s’établissant à un résultat de 32,7 milliards $. Une paille, certes, mais dorée à l’or fin et incrustée d’émeraudes. Avec une croissance de 29 %, en regard du T3 de 2015, la firme a pourtant des bénéfices en net recul. Très net.

 

alexa-echo-amazon

Echo - Just ask...

 

 

Avec un bénéfice d’exploitation de 575 millions $ pour la période, contre 406 millions $ l’an passé, la firme de Jeff Bezos devrait être au beau fixe. Mais voilà : le résultat net de 252 millions $, s’il est supérieur à celui de 2015, est tout de même en recul. Et pour cause : au cours des derniers mois, l’entreprise a ouvert de nouveaux espaces de vente, et travaillé sur de multiples solutions de livraisons en accéléré. 

 

En effet, depuis juillet, 23 nouveaux entrepôts ont fleuri sur le territoire américain, alors que seuls trois avaient été ouverts au cours du premier semestre. Moralité, avec des bénéfices inférieurs à ceux attendus, les actions en Bourse ont dévissé et perdu 6 %. 

 

Que l’on ne s’inquiète cependant pas : l’arme fatale d’Amazon se défend bien et sera, au cours des années prochaines, de plus en plus valorisée. Il s’agit en effet d’Echo, la colonne-enceinte avec laquelle la firme peut parler, et de la voix de synthèse, Alexa, qui lui donnne vie. « Elle se perfectionne de plus en plus. Parce que le cerveau d’Alexa est dans le cloud, nous pouvons facilement et continuellement ajouter des fonctionnalités et la rendre plus utile. Attendez de voir quelques-unes des surprises sur lesquelles travaille l’équipe actuellement », promet Bezos.

 

Or, si le développement d’Alexa est impressionnant – « l’invention la plus appréciée d’Amazon », jure Bezos –, elle fait partie des postes de dépenses que les actionnaires aimeraient voir réduites. 

 

Autre exemple, bien plus concret : la location d’une quarantaine d’avions de transport de marchandises et l’achat de remorques de trucks, ces monstrueux camions, toujours dans l’optique d’acheminer les produits vendus. Brian Olsavsky, responsable de la direction financière, assure : « Nous voulons contrôler notre propre destinée. » Fort bien, mais en attendant, les lignes de dépenses s’accumulent. 

 

Car, si le chiffre d’affaires tourne à 32,7 milliards $, les charges d’exploitation ont augmenté de 29 % elles aussi, pour se hisser à 32,1 milliards $. Amazon est encore bien loin de toute forme d’équilibre – et pour l’heure, seuls les services de cloud computing font vraiment tourner la rentabilité à fond. Des propos que l’on retrouve par ailleurs à chaque présentation de résultats financiers.  

 

Dans la présentation de ses résultats, Amazon souligne le lancement de l’Alexa Prize, en partenariat avec une université qui propose une bourse de 2,5 millions $ pour le développement de projets autour de l’intelligence artificielle conversationnelle. L’idée est de bâtir un socialbot qui soit en mesure de papoter avec les internautes, avec une plus grande fluidité.

 

Dire en revanche qu’Amazon est plus loin du livre que jamais serait un pléonasme : si l’édition a participé aux fondations de cette société, et en reste une composante première, c’est bel et bien la technologie qui prédomine. Pour preuve, Alexa, encore elle, est maintenant en mesure de lire des livres audio. Certes, le lancement de Prime Reading, pour les inscrits au service Prime montre que les livres restent dans la ligne de mire stratégique – de même que le développement d’une offre illimitée avec Audible, autour de l’audiobook...

 

Mais, définitivement, quelque chose a changé, chez Amazon. 

 

Pour le T4, les estimations visent un chiffre d’affaires entre 42 et 45,5 milliards $, soit une croissance, encore, entre 17 et 27 %, par rapport à 2015. Le résultat d’exploitation devrait se situer entre 0 et 1,25 milliard, en regard des 1,1 milliard $ de l’an passé.