Amazon trempé, entre une inondation d'entrepôt à Saran (Loiret) et les grèves

Clément Solym - 31.05.2016

Edition - Economie - orages inondations Amazon - Loiret pluie inondation - entrepôt grèves Amazon


Après les vagues d’orage ou de grêle qui ont frappé le pays, certains départements sont encore en alerte orange, incitant à une grande vigilance. Mais un seul est encore dans le rouge, selon Météo France : le Loiret. Et la ville de Saran, située près d’Orléans, est parmi les plus touchées du département, avec de multiples inondations. Même Amazon, qui n’a pas l’habitude de se mouiller, s’est manifestement retrouvé avec les pieds dans l’eau. 

 

Entrepôt de Saran

 

 

La circulation sur l’A10 au nord d’Orléans était interrompue du fait des inondations, et impossible de prendre la sortie Saran. Le Loing a connu une crue exceptionnelle, révèlent les bulletins d’alerte de Vigicrues. 

 

Ce n’est probablement pas elle qui a frappé l’entrepôt de stockage d’Amazon, situé à Saran, mais certaines sources nous confirment que les entrepôts ont été touchés. Ce dernier est situé près de l’A10, qui est toujours barrée à cette heure. « En raison des intempéries et des inondations en cours sur la commune, la ville de Saran active son Plan Communal de Sauvegarde », indique par ailleurs la ville. 

 

 

 

 

Des messages ont fusé sur les réseaux sociaux, et « la direction nous a indiqué de ne pas nous rendre sur les lieux », nous indique un salarié. La fermeture de l’entrepôt a été confirmée alors que des photos montrent combien le niveau des eaux a été important.

 

« J’y étais à 9h on nous a dit que ça allait être impossible de partir si on attendait trop du coup beaucoup sont partis mais il a fallu passer dans une immense marre d’eau au niveau du grand rond-point avec de l’eau qui arrivait à la moitié de la voiture.... Pour ceux qui ne sont pas partis tout de suite je ne sais pas ce que ça a donné », indique une autre employée.

 

Ce matin vers 9h, un message a été diffusé pour expliquer que le bâtiment serait fermé au cours de l’après-midi. Les intérimaires ont manifestement reçu un message d’information pour annoncer la fermeture du site, y compris demain, 1er juin. Voilà trois heures, des personnes étaient littéralement enfermées, sans avoir la possibilité de quitter les lieux. Les routes étant bloquées, les personnes ne parviennent pas à évacuer l’entrepôt. 

 

 

 

Certains employés ont été contraints de laisser leur voiture sur place, apprend-on. Au rond-point de Shiseido, dit «Amazon», seuls les camions étaient en mesure de circuler. 

 

 

 

 

« Tout le monde est parti d’Amazon... restent juste les cadres et chefs d’équipe !!! Notre service technique avec nos agents de sécurité ont créé une voie aux abords du chantier de Séphora. Le personnel de Deret s’est joint à nous pour se sortir de cette impasse. Un camion pompe doit arrivé pour évacuer toute cette eau afin que tout redevienne à la normal pour demain matin », peut-on lire, dans un message diffusé voilà près d’une heure. 

 

Pendant ce temps, le site internet et les réseaux sociaux de la marque continuent de communiquer allégrement sur la fête des Mères... « Les libraires n’ont plus qu’à accueillir les clients et leur parapluie et se mettre en ordre de marche pour satisfaire les lecteurs », plaisante un professionnel. « Les librairies sont indépendantes, et peuvent fournir des livres pour passer le mauvais temps – indépendamment des intempéries. »

 

Et la semaine passée, des grèves...

 

Sachant que, dans le même temps, des grèves perturbent la livraison des colis depuis la semaine passée, les acheminements seront légèrement plus complexes au cours des prochains jours. Amazon n’est intervenu que le 27 mai, dans un communiqué laconique, pour confirmer l’information :

 

Les centres de distribution d’Amazon en France sont actuellement confrontés à des mouvements sociaux au niveau national, qui affectent directement les opérations et les services de livraison. Nous suivons de près l’évolution du mouvement et travaillons pour que cette situation ait un impact minimum sur notre activité logistique. Nous espérons un retour à la normale au plus vite, dès lors que ces mouvements auront pris fin. D’ici là, nous vous remercions de votre compréhension concernant les éventuels délais supplémentaires qui pourraient impacter votre activité.

 

La situation s’est toutefois débloquée le 27 pour l’entrepôt de Lauwin-Planque dans le Nord. Il semblerait que, le 28 mai, la situation était encore très encombrée du côté d’Amazon à Montélimar (Drôme), mais le tribunal de Valence, saisi par la direction, a rendu le jour même son verdict. Les grévistes ont dû cesser le blocage organisé, sous peine d’une amende de 200 € par « fait constaté ». Le blocage aura duré durant 3 jours. (via Le Dauphiné)