Amazon US : Les autopubliés pèseraient pour 31 % des ventes d'ebooks

Antoine Oury - 19.07.2014

Edition - Economie - autopubliés Amazon - Kindle Direct Publishing - 31 % des ventes


Hugh Howey est un habitué de l'autopublication, voire même son meilleur représentant : son livre SF Silo, publié à l'origine via Kindle Direct Publishing, le service d'autopublication d'Amazon, a rencontré un impressionnant succès. Par ailleurs, l'écrivain suit avec attention les évolutions de ce secteur du livre, et assure aujourd'hui que les auteurs autopubliés représentent 31 % des ventes d'ebooks sur Amazon.

 


Hugh Howey - Silo

Hugh Howey (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Chaque trimestre, Howey dévoile, à l'aide d'un mystérieux « Data Guy » probablement membre des équipes d'Amazon, une estimation des revenus des auteurs autopubliés via le service d'Amazon, Kindle Direct Publishing (KDP). Depuis février, force est de constater que la part des livres autopubliés dans les ventes quotidiennes d'ebooks sur Amazon est en hausse, de 27 % en février à 31 % pour le mois de juillet 2014. 

 

 

Répartition des ventes quotidiennes d'ebooks sur Amazon

 

 

Les Big Five (les grands groupes d'édition américains) pèsent toujours pour 38 % des ventes d'ebooks, mais ce chiffre reste constant, quand celui des auteurs indépendants est en hausse régulière. La composition de la liste des meilleures ventes d'Amazon US est encore plus frappante : les Big Five n'y représentent plus que 16 % des titres, contre 45 % pour les petits et moyens éditeurs, et 25 % pour les auteurs indépendants.

 

Notons toutefois que toutes les données rapportées dans le rapport Authors Earning sont tirées des meilleures ventes d'ebooks (120.000 titres, soit 50 % des revenus d'Amazon en matière de livre numérique). Les effets de la longue traîne et des titres plus anciens restent ainsi inconnus.

 

 

 

Conséquence logique de la part croissante des autopubliés dans les chiffres de vente d'Amazon, les revenus versés aux auteurs par ce canal de vente dépasseraient à présent ceux obtenus par les auteurs signés chez un des Big Five (39 % contre 37 %). L'autopublication via Amazon assurant 70 % de royalties versés à chaque vente, les chiffres grimpent à vitesse grand V.

 

Un rapport à considérer avec précaution ?

 

Plusieurs voix se sont élevées contre les conclusions du rapport fourni par Hugh Howey : Philip Jones, le rédacteur en chef du Bookseller, appelle à relativiser. « Tous ceux qui ont observé ce genre de données en détail vous diront qu'il est impossible d'extrapoler les meilleures ventes du Kindle Store pour les appliquer à un marché plus large », explique-t-il. Par ailleurs, l'anonymat autour du « Data Guy » lui suggère qu'il pourrait masquer un chargé des relations publiques d'Amazon, tout simplement.

 

La secrétaire générale de la Society of Authors, Nicola Solomon, a quant à elle souligné que les ventes papier n'étaient pas prises en compte, alors qu'elles représentent « encore la majeure partie des revenus des Big Five », assure-t-elle. Elle souligne encore qu'il aurait fallu prendre en compte le risque économique pris par les autopubliés, ou encore l'avance reçue par certains auteurs publiés par des éditeurs traditionnels.

 

Elle ajoute cependant que ces mêmes éditeurs traditionnels devraient faire attention à ce type de concurrence, en proposant de meilleures conditions aux auteurs : « Ils devraient proposer de meilleurs taux [...], et des délais contractuels plus courts avant que les droits ne reviennent aux auteurs, ou soient renégociés. »

 

Enfin, le jeu des dates ne sert pas non plus la crédibilité du rapport de Howey : cette dernière semaine a été marquée par le lancement de Kindle Unlimited, un service de lecture illimitée proposé par Amazon, dans lequel les livres autopubliés ont toute leur place. En effet, un livre autopublié via Kindle Direct Publishing, et ajouté au programme KDP Select, fera automatiquement parti de l'offre Kindle Unlimited, contre 9,99 $ par mois.

 

Et, pour convaincre, Amazon a besoin d'un maximum de titres dans ce catalogue, essentiellement composé par les indépendants...