medias

Amazon verse plus de 320 000 € pour aider les librairies indépendantes

Clément Solym - 23.04.2020

Edition - Librairies - Amazon librairies indépendantes - cagnotte librairies Angleterre - édition Amazon librairies


L’impensable s’est produit : une opération caritative mise en ligne pour aider les libraires de Grande-Bretange a démarré à l’initiative de quelques acteurs de l’industrie. Or, le fonds, doté de 130.000 £ a soudainement vu la cagnotte monter à 380.000 £. Un don significatif, opéré par un bien mystérieux internaute. Désormais dévoilé.

Amazon cat
Stephen Woods, CC BY 2.0
 

À l’origine, Gayle Lazda de la London Review Bookshop, le directeur éditorial de Picador, Kishani Widyaratna, et l’éditeur de Daunt Books Zeljka Marosevi avaient monté ce projet de cagnotte le mois dernier. Saisi par cette initiative, même le groupe Penguin Random House acceptait de verser au pot, en ajoutant 50.000 £.

Le crowdfunding avait déjà accumulé 68.000 £, et l’ensemble des sommes allait être reversé à la Book Trade Charity, en charge des subventions pour les libraires. Petit à petit, la mobilisation aidant, la somme totale atteint 130.000 £, un chiffre déjà inespéré.

Mais voilà, coup de tonnerre : David Hicks, le dirigeant de l’organisme, annonce une promesse de don de 250.000 £, portant à 380.000 £ l’ensemble du pactole. La Booksellers Association avait déjà versé 30.000 £, ce n’était donc pas elle. 

« Le donateur veut simplement expliquer qu’il est engagé aux côtés des librairies indépendantes dans le cadre d’une économie de points de vente mixtes. » Sauf qu’une pareille générosité n’est pas passée inaperçue. 

Les sommes récoltées allaient en moyenne de 700 à 4000 £ maximum : qui avait donc pu faire ainsi exploser les compteurs ?
 
Ni plus ni moins qu’Amazon, qui voulait rester anonyme… jusqu’au moment où ce montant allait pouvoir servir les intérêts dans la communication de l’entreprise. Et voici que David Hicks finit, avec la bénédiction de la firme, par avouer le nom du donateur. Il faut reconnaître que les spéculations allaient bon train !

Les porte-paroles d’Amazon n’ont pas souhaité faire de commentaires.

Si en France, Amazon dispose de plus de 22 % des ventes en ligne, le secteur de l’édition britannique est totalement à la merci du cybermarchand. Sur l’ensemble de la vente en ligne, les parts de marché sont estimées à 50 %, tous produits confondus…

En tous cas, aucun message similtaire n'a été passé en France : le cybermarchand, bien au contraire, a fait pleurer dans les chaumières en annonçant la fermeture de ses entrepôts.

via The Bookseller


Commentaires
Titre de l'article : "Amazon verse plus de 280 000 € pour aider les librairies indépendantes"

Titre correct (avec la bonne devise) et plus précis (mais moins putaclic ?) : "Amazon verse plus de 280 000 £ pour aider les librairies indépendantes britanniques."

(ou 320 000 €, si vous tenez à indiquer la somme en euros, ce qui est en effet a priori plus parlant par chez nous.)
Bonjour Mon Père.

Montant corrigé.

Merci pour vos offices.
Montant corrigé, aucune autre correction apportée : vous assumez donc le côté putaclic du titre et du chapô, qui font croire à votre lectorat français que les librairies françaises (francophones ?) sont concernées par cette aide ?
Bonjour Mon Père.

Le chapo a toujours contenu la devise britannique : que n'avez-vous pas compris ?
Bonjour l'équipe ActuaLitté (et pardon de ne pas avoir dit "bonjour" les fois précédentes), que n'avez-vous pas compris dans "le titre et le chapô font croire à votre lectorat français que les librairies françaises (francophones ?) sont concernées par cette aide" ?
Avé, Mon Père.

Que l'on écrive une somme en euro dans le titre (merci encore de la correction), et que vous trouviez ça putaclic, c'est nous faire un beau procès d'intention – j'imagine celles dont l'enfer est pavé.

Mais que vous vous mépreniez sur le sens du symbole monnétaire £, utilisé à deux reprises dans le chapo, que dire ?

On va rajouter Grande Bretagne, au risque d'être redondants ?
Titre : "Amazon verse plus de 320 000 € pour aider les librairies indépendantes"

Réaction du lecteur : "Cool, les librairies indépendantes françaises vont recevoir de l'aide d'Amazon"

Réalité à la lecture de l'article voire peut-être du chapô (mais le chapô n'apparaît pas intégralement sur votre page d'accueil) : ah non, c'est pas ça, déception, mais enfin, pourquoi Actualitté dit "librairies indépendantes" comme s'il parlait des nôtres en France ?

Avec "britanniques" en fin de titre (comme je le proposais dès mon premier commentaire), tout serait clair et aucun vilain persifleur ne peut vous traiter de faire du putaclic. Mais vous persistez à rester coincés sur votre erreur initiale sur la devise. Tant pis, ce n'est pas moi qui en pâtirai. À une prochaine !
Moi qui suis photographe, c'est à dire encore plus pauvre qu'un libraire, je me permets de vous faire observer que votre "visuel " est une immonde photo.

Sa mention "CC" signifie que son usage est libre, c'est-à-dire que sa fonction "d'illustration" n'a donné lieu à aucune rétribution.

Qui s'amuse à faire ces trucs idiots, je n'en sais rien. Pas moi en tout cas.

Cela fait déjà des années que l'on s'est plus ou moins habitués à cette médiocrité...on passe la dessus puisque tout le monde le fait...on change de métier...mais il y a des moments et des lieux (ici en est un ) où quand même, ces trucs sont insupportables.

Il est donc mal venu de la part de votre "rédaction" de prétendre défendre la veuve et l'orphelin contre les méchants exploiteurs quant on s'adonne soi-même à ce moins disant, à la fois professionnel, social et artistique, et qui constitue somme toute une déchéance morale.

Xavier Emmanuelli, le fondateur du Samu Social, qui a beaucoup fréquenté et étudié les pauvres, nous as appris que contrairement aux idées que l'on se fait sur ceux de la rue, il n'existe pas de conscience de classe parmi eux : les plus forts font violence sur les plus faibles et les dépouillent sans états d'âme.

A sa manière, cet article en est l'exacte transposition.

Un tortionnaire en habit de victime.

Bien cordialement,
Ou encore comment se faire une petite campagne publicitaire à peu de frais...

Si le geste d'Amazon avait voulu rester secret, les dirigeants auraient versé plusieurs petites sommes. En en mettant une grosse (mais minuscule pour eux) d'un coup, ça ne pouvait générer que le buzz... et donc un énorme retour sur investissement.

Les marques n'hésitent à mettre des centaines de milliers d'euros pour qu'un influenceur parlent d'eux. Le coup est pareil ici, pour un investissement moindre ou du même ordre.

Le monde anglo-saxon est très fort du point de vue marketing...
Des clopinettes, quoi.
Il est evident que les actes de Monsieur Jeff Bezos ne sont pas dénués d'interet (image d'Amazon).Toutefois,cette crise aura demontree la nécessité a l'avenir de mettre

la "benevolence" au centre des missions d'une Entreprise .Cf Montesquieu et le prochain livre de Patrick Mercier sur ce sujet.
Bonjour,

Je trouve la critique de Père Siffleur tout à fait constructive. Moi-même ai été décontenancée par l'article, qui ne correspondait pas à ce que laissait présager le titre. Pas très honnête, votre réponse à Père Siffleur...
Bonjour, je me permet d'abonder concernant le titre et la légitimité à préciser la précision géographique, tres importante ! Je recherchais m les actualités sur les librairies indépendantes et dans le fil d'actualité le titre de votre article apparaît mais pas le chapeau. Du coup le fait d'omettre la précision géographique dans le titre laisse entendre un cadre de soutien d'amazon bien plus general qu'il n'en est réellement. Pourquoi ne pas suivre la contribution de vos lecteurs, lorqu'elle parait utile et intelligente ? Merci en tout cas pour l'article qui reste intéressant !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.