Amazon vole au secours de la vie privée de sa clientèle

Clément Solym - 21.04.2010

Edition - Justice - effraction - données - personnelles


On aura presque tout vu... Alors que le Kindle est probablement l'outil le moins soucieux du respect de votre vie privée, mais chez Amazon, comme dans la publicité, on n'est pas à une contradiction près.

Voilà comment la firme de Seattle vient d'attaquer, via le tribunal fédéral de la ville, le ministère des Finances de Caroline du Nord, qui lui avait demandé de fournir les noms et adresses des résidents de l'État ayant fait des achats depuis 2003 dans sa boutique.

Une pure et simple violation du premier amendement de la Constitution, rétorque le cybervendeur. Pas du tout, réplique Caroline, on met juste à jour les taxes que l'on doit percevoir sur les articles achetés via Amazon. Vous vous foutez de moi, s'enflamme le marchand, à qui l'on demande aussi les dossiers complets des clients ainsi que les montants des facturations. Sûrement pas, et que ça saute, envoie Caroline, qui se retrouver bilan des courses devant le tribunal.

L'État a mis en place une taxe voilà quelques années, qui prélève un certain montant chez les commerçants, mais tente de s'appliquer aussi aux vendeurs en ligne. En réponse, Amazon avait tout simplement fermé son service d'affiliation dans le territoire pour s'y soustraire.

Bilan des courses, bien à l'abri derrière le premier amendement, le cybermarchand ne risque plus grand-chose, à moins que le tribunal de Seattle ne lui donne tort. Et quand on sait que le siège social de la société est justement basé à Seattle, cela fait doucement marrer. Un peu comme le si le tribunal de Paris avait donné raison à Google contre La Martinière... « Il n'y a tout simplement aucune justification qui permette d'exiger de savoir qui a acheté quoi », note-t-on chez Amazon.

L'application de cette fameuse taxe vient essentiellement des détaillants de briques et de mortier, qui cherchent à mettre la pression sur les vendeurs en ligne en pure-player, lesquels, ne disposant par définition pas de locaux, n'y sont pour le moment pas assujettis. Cependant, le procès intenté n'aura aucune incidence sur l'application de cette taxe à Amazon.