medias

Amende de 1000 £ pour avoir dévoilé le pseudo de Rowling

Nicolas Gary - 31.12.2013

Edition - Justice - JK Rowling - pseudonyme - Robert Galbraith


Mi-juillet, un roman signé par un certain Robert Galbraith agitait la presse : sous ce nom étrange, se trouvait en réalité JK Rowling, qui avait publié en tout anonymat, le 18 avril 2013, The Cuckoo's Calling. « J'avais espéré garder ce secret un peu plus longtemps, parce qu'incarner Robert Galbraith fut une expérience libératrice. Ce fut merveilleux de publier sans exubérance ni attente. Et un pur plaisir de recevoir des commentaires sous un nom différent », expliquait-elle.

 

 

 

 

 

Sauf que... le secret n'aurait pas dû être évincé du tout, et l'identité secrète de Robert Galbraith n'avait pas vocation à être découverte. Surtout dans les conditions que l'on connaît. L'histoire de cet ancien militaire reconverti dans l'écriture de romans était un abri idéal, avait reconnu la maman d'Harry Potter, qui trouvait là l'occasion de recommencer à écrire, sans être ennuyée. 

 

Il n'aura fallu que quelques jours pour comprendre d'où venait la fuite, qui avait quelque chose du théâtre de boulevard : l'épouse du meilleur ami d'un avocat du cabinet Russels, qui compte Rowling dans ses clients, avait ouvert un compte Twitter, et révélé la supercherie. 

 

« Aujourd'hui, j'ai découvert la façon dont la fuite sur la véritable identité de Robert s'est produite. Seul un petit nombre de personnes connaissait mon pseudonyme et il n'a pas été très agréable de me demander pendant des jours comment une femme dont je n'avais pas entendu parler avant dimanche soir a pu découvrir quelque chose que beaucoup de mes plus vieux amis ne savaient pas », déplorait alors une Rowling passablement énervée.

 

La déception a rapidement laissé place à une plainte, et les excuses du cabinet d'avocats n'auront absolument rien changé. La romancière avait intenté une action en justice contre Chris Gossage, le fameux associé. Problème : être avocat et si peu fiable  risque de lui porter préjudice. 

 

La Solicitors Regulation Authority vient d'infliger une amende de 1000 £ à l'intéressé, apprend-on, pour violation de l'article 4.1 du Code de conduite. Cette organisation britannique a pour mission de rappeler à l'ordre les avocats qui commettraient quelques impairs et bévues. Elle avait été créée en janvier 2007. 

 

Que les complotistes se rassurent donc, la fuite ne s'inscrivait pas dans un plan de communication, ni de marketing. 

 

via Law Gazette