Andrée Chédid, au confluent de l'Orient et de l'Occident

Clément Solym - 08.02.2011

Edition - Société - andree - chedid - deces


Prix Goncourt de la poésie 2003, Andrée Chedid quitte la littérature et les pages alors que la manifestation qu'elle a portée, Le printemps des poètes, vient tout juste d'être lancée.

Outre les réactions des politiques comme Frédéric Mitterrand ou Jack Lang, Bertrands Delanoë, maire de Paris, est également intervenu, pour saluer évidemment « un très grand écrivain ». Andrée Chedid, estime-t-il, « su, à travers une oeuvre extraordinairement diverse, créer un univers unique, marqué par de nombreuses influences croisées » .

Dans son communiqué, il souligne également en avant un « humanisme inaltérable, la finesse de ses observations, l'élégance et la pudeur de son style hors du commun [qui] lui ont permis d'exceller dans les genres littéraires les plus variés. »



Exprimant toute sa solidarité aux enfants et petits enfants de l'auteure, Bretrand Delanoë tient avant tout à saluer cette dame, culturellement et littérairement au confluent de l'Orient et de l'Occident. En effet « élevée dans les langues arabe, anglaise et française, Andrée Chedid, a offert, par sa vie comme par son oeuvre, un modèle de tolérance, d'ouverture d'esprit et de coeur.

Sa liberté de penser a su résister à toutes les épreuves d'une vie mouvementée. Je salue en elle une grande Parisienne, qui incarne le meilleur de l'esprit de notre ville
»

Informations à retrouver sur le site du Printemps des poètes.