medias

Angleterre : un retard en bibliothèque remontant à 1888

- 31.12.2011

Edition - Bibliothèques - retard - amende - siècle


Pour cette fin d'année, vérifiez donc s'il ne vous reste pas dans un coin un vieux livre, emprunté dans une bibliothèque - mettons, voilà 123 ans. Cela vous donnera accès à une petite page dans un journal. Et si vous décidez de le rendre, vous serez peut-être exempté de l'amende... de 4500 £.

 

Dans le discrtrict de Lake, la famille Browne faisant un brin de ménage, et presque par hasard, est tombée sur le livre Good Words for 1888, emprunté voilà 123 ans dans la bibliothèque paroissiale de Troutbeck, à Cumbria (nord-ouest de l'Angleterre, à la frontière avec l'Écosse). 

 

Un prêt de livre qui serait le plus long de l'histoire de l'Angleterre et qui représente une amende de 4489,50 £ pour la famille concernée. 

 

 

860 pages, écrites par Donald MacLeod, que finalement les descendants des fautifs ont remises dans les mains toutes légitimes du Troutbeck Village Institute. Leur famille, plus aisée à l'époque des faits - 1888, la belle époque victorienne - disposait chez elle d'une bibliothèque de plus de 1500 livres, explique Katrina Zanhak (photo), responsable de la national Trust, qui a retrouvé le livre.

 

Et personne ne s'attendait à ce qu'ils puissent oublier d'en ramener un, tant ils avaient la réputation d'aimer les livres. Trop peut-être, pour George, le patriarche, qui vivait à la maison avec femme et trois filles ?

 

On reste encore très loin toutefois de l'amende dont avait écopé en avril 2010 l'ancien président des États-Unis, George Washington. Pour un ouvrage qui accumulait 220 ans de retard, la douloureuse se chiffrait à 300.000 $...